Accueil / Actualités / Fièvre jaune : la Croix Rouge est inquiète et redoute une crise mondiale

Fièvre jaune : la Croix Rouge est inquiète et redoute une crise mondiale

La fièvre jaune est une maladie hémorragique virale qui est transmise par la piqûre de moustique. Le nombre de cas  a progressé en raison d’une diminution de l’immunité de la population vis-à-vis de cette infection, de la déforestation, de l’urbanisation, du changement climatique et du déplacement des peuples OMS.

Un moustique

La vaccination reste la principale et la seule mesure de protection contre la fièvre jaune

La fédération internationale de la Croix Rouge et du Croissant Rouge (FICR) appréhendent que cette épidémie de fièvre jaune mortelle se déclare désormais en Angola. Cette progression de la maladie a déjà recensé de nombreux cas, en Afrique, en Asie, au Kenya, et en République démocratique du Congo avec 42 patients. La fièvre jaune touche chaque année environ plus de 200.000 personnes, causant plus de 30.000 décès à travers le monde.

Les symptômes apparaissent après une incubation de 3 à 6 jours, fièvre, nausée, vomissements, douleurs musculaires, maux de tête. L’évolution de la maladie se fait soit vers le décès soit vers une guérison durable et une immunité. Il n’existe aucun traitement curatif contre la fièvre jaune, malgré un vaccin jugé efficace, cette maladie hémorragique est encore très présente dans plusieurs pays Africain et sud Américain.

La première épidémie de la fièvre jaune date de 1648

Depuis la fièvre jaune a ravagé de nombreux territoires. Des campagnes de lutte contre la prolifération des moustiques dans les zones touchées parviennent tout de même a faire baisser un peu le nombre de cas. Le moustique est responsable de plusieurs maladies, la Dengue, le Chikungunya, le virus Zika et bien sûr la fièvre jaune. L’Organisation mondiale de la Santé a déclaré très récemment que l’épidémie actuelle était jugée « grave », mais que pour l’instant ce n’est pas encore « une urgence publique de portée nationale ».

Une campagne de vaccination a débuté en février dernier en Angola

Plus de 7 millions de personnes ont reçu l’injection, mais c’est encore bien trop peu quand on sait que le pays compte plus de 21 millions d’individus. La directrice de la Croix Rouge s’est montrée quant à elle plutôt alarmante dans ses propos, elle craint que la crise nationale ne devienne mondiale. Depuis le début de l’épidémie, la fièvre jaune a tué plus de 298 personnes en Angola et près de 2420 sont soupçonnés d’être porteur du virus.

Un moustique, Pixabay – francok35

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

Huile

De l’huile dans les bras, un jeune Russe inquiète les réseaux

Ce jeune homme, ancien militaire affiche sa musculature impressionnante sur les réseaux sociaux. Des biceps …

Réagissez !