Maltraitance en Meurthe-et-Moselle : des résidentes choquées et attachées

La maltraitance en Meurthe-et-Moselle a transformé le quotidien de résidentes en un cauchemar insoutenable. Elles étaient attachées, choquées…

Personne âgée
[/media-credit] Personne âgée
La maltraitance dans les centres hospitaliers et notamment où les personnes âgées résident est un fait réel. De nombreux mystères ont été relevés dans cet Ephad situé à Saint-Nicolas-de-Port. Le calvaire de plusieurs résidentes a pu prendre fin grâce à un signalement effectué par une personne qui a souhaité garder l’anonymat. Avec cette déclaration, un contrôle imprévu a pu être réalisé le 28 mai dernier et c’est à cet instant que la maltraitance sur des personnes âgées a été observée. Toutefois, les proches des victimes avaient déjà relevé des faits mystérieux comme une fracture du fémur inexpliquée, des hématomes sur les bras, des pleurs…

Une maltraitance observée en flagrant délit

Selon une information de l’Est Républicain, la maltraitance en Meurthe-et-Moselle a été référencée en temps réel. En effet, lorsque le médecin accompagné d’un cadre de santé a pénétré dans l’une des chambres, il a constaté qu’une personne avait « une seule main entravée ». Une résidente de 89 ans atteinte de la maladie d’Alzheimer était attachée avec des gants de toilette fixés avec du sparadrap. Selon des informations obtenues par Metronews, la direction de ce centre est « profondément choquée ». L’enquête a permis de découvrir les agissements de deux maltraitantes qui n’ont pas nié les faits.

Deux personnes suspendues pour maltraitance en Meurthe-et-Moselle

La direction a affirmé que les résidentes sont « des personnes fragiles qui ne peuvent pas s’exprimer, elles doivent vivre dans la dignité ». Toutefois, les employés ont précisé qu’elles étaient attachées dans le but que les couches ne soient pas enlevées. Cela aurait pu salir les draps, mais cette version des faits n’a pas vraiment convaincu l’entourage. Une mesure disciplinaire a donc été prise envers les deux maltraitantes qui sont suspectées de maltraitance sur deux malades. Une plainte a d’ailleurs été enregistrée par les enquêteurs du commissariat de Dombasle.

Partagez notre article !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur skype
Skype
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email

Continuez la lecture !