Accueil / Actualités / Oise : une buse attaque un joggeur en pleine forêt et le blesse grièvement à un œil

Oise : une buse attaque un joggeur en pleine forêt et le blesse grièvement à un œil

Voici un fait divers pour le moins inédit et qui ne manque pas hélas de piquant et ce jusqu’au sang. La forêt domaniale d’Halatte (localisée dans la région des Hauts-de-France et plus précisément dans le département de l’Oise) a été le théâtre d’une attaque de buse contre un père de famille qui s’adonnait à son sport de prédilection : le jogging. La commune, dont est originaire la victime, Fleurines, ne cache pas une très vive émotion et une empathie sans limites envers ce papa et ce drame s’étant déroulée au sein même de ses limites administratives. On se croirait presque dans le film « Les Oiseaux » de Alfred Hitchcock sauf que là il n’y a aucun trucage.

Buse

Le déroulé des faits se révèle héroïque avec un papa-soldat très courageux mais hélas grièvement blessé à un œil

Dimanche dernier, un jeune père de famille, qui joggait, a été victime de l’attaque inattendue d’une buse, un rapace de taille imposante mesurant de 36 à 56 centimètres. Il aurait été confondu avec une proie ou bien une menace potentielle en cette période de nidification. La victime ne s’en est pas sortie indemne mais elle est parvenue, toute seule, mentalement très forte, à rejoindre son domicile, malgré ses blessures. Une prise en charge médicale a suivi, tout d’abord à l’hôpital de Creil où, grièvement blessé à un oeil, ce soldat, de profession, a subi une intervention chirurgicale, puis a été transféré au centre hospitalier national d’ophtalmologie des Quinze-Vingts à Paris.

La buse aurait attaqué le joggeur, en ayant été alertée par son pas, par instinct de protection envers ses petits

Il a été griffé violemment au visage. Ce n’est pas la première expression hostile de rapaces contre des joggeurs en cette période de reproduction où la surprotection des nids explique pareille agressivité. Les buses vont jusqu’à pondre 1 à 5 œufs qu’elles couvent durant 28 à 40 jours. Quand elles sortent de leur œuf, les jeunes buses ne sont pas autonomes et sont nourries par leurs parents. Ce n’est qu’au bout de 10 semaines environ, qu’elles quittent le nid. Le joggeur aurait malencontreusement été pris pour une proie. Les buses ont, en effet, une vue perçante, leur permettant de détecter le déplacement ces dernières à une distance de près de 100 mètres.

Buse, Pixabay

A propos Eric Françonnet

Essayez à nouveau

Les pleurs d'un bébé

La tête plate est-elle en lien avec la crainte de la mort subite du nourrisson ?

La semaine nationale de prévention de la mort subite du nourrisson se déroule du 18 …

Réagissez !