LOADING

Type to search

Les poupées seraient-elles réservées aux filles ? Un papa dit non et provoque une polémique

11 mois ago
Share

Un papa compréhensif, Guillaume de son prénom, est allé dans le sens de son fils, qui désirait en l’avouant timidement, une poupée pour Noël, tout en partageant cette préférence, sur les réseaux sociaux. Idée pour le moins risquée, puisque les réactions ont été scindées en deux, avec ceux qui ont été, sans retenue, homophobes à outrance, et les autres ayant été du côté des parents, qui souhaitaient, faire tout simplement plaisir à leur enfant.

Un enfant

Le souhait, avoué du bout des lèvres, de son fils de 4 ans, d’avoir une poupée pour Noël, a été accepté par son père Guillaume, par souci de tolérance, affirmée sur internet

Guillaume, fondateur de Nmerama, pour lequel il est également une plume journalistique, s’est livré à un autre exercice de style, en rédigeant une liste de Noël, pour et avec son fils de quatre ans. C’est en feuilletant un catalogue de jouets, que son fils l’a interrogé, non sans timidité, sur la permission ou non pour les garçons de jouer à la poupée. Son père lui a,derechef répondu : « C’est plutôt pour les filles, mais tu peux très bien avoir ça si tu veux, c’est aussi pour les garçons. » Le jeune garçon a récidivé avec une question, des plus semblables, quelques jours après, et son père a alors compris que son fils désirait, un peu honteusement, réellement une poupée pour Noël.

« J’ai compris (…) qu’il avait l’impression de ne pas avoir droit, à cause de son sexe », explique Guillaume dans un post publié, ce mardi 13 décembre 2016, sur Medium. Guillaume, avait pris aussi l’initiative, sans en mesurer les risques, de partager son ressenti par rapport à la réaction de son fils sur Twitter, et ce avec l’objectif de briser l’équation stéréotypée, comme quoi nos chères poupées étaient le pré carré des petites filles. Les réactions ont alors fusé, de toutes parts, et il a été dans la ligne de mire des internautes.

Des réactions ont enflammé les réseaux sociaux, oscillant entre une malveillance acharnée, très homophobe, et une bienveillance étant bienvenue, pour un zeste respirer

Initialement pétries de bienveillance, les réactions amènes se sont très rapidement éclipsées, pour laisser la place, en l’espace de seulement une poignée d’heures à « une salve d’insultes et de propos homophobes » aux dires du papa, qui a été visé sciemment, de même que sa femme, qui n’y était pour rien, dans cette réaction massive, aux relents homophobes. La volonté de s’ériger comme des « militants conscients et actifs de l’égalité entre les genres », a été mise à mal, sans retenue. Les deux parents ont ressenti l’onde de choc provoquée, par l’ampleur de ces réactions, avec un redoutable effet domino, aux allures de tsumani.

« N’étant pas homosexuel, je n’ai jamais subi l’homophobie. Mais là, je l’ai vue de mes propres yeux, toutes les minutes ou presque, s’égrener toute la journée sur mon écran ». Les internautes étaient très divisées avec des avis véritablement tranchés.  « Dans toutes les écoles où j’ai travaillé, les petites filles jouent aux voitures et les garçons aux poupées et à la dînette, rapporte par exemple Julie, maîtresse en maternelle, qui a témoigné, en plaidant pour Guillaume.

Un enfant, Pixabay – sathyatripodi

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *