Accueil / Actualités / Les séquelles d’un AVC réparées à coups de cellules souches

Les séquelles d’un AVC réparées à coups de cellules souches

Les personnes qui subissent de plein fouet un AVC sont souvent la cible de séquelles plus ou moins graves. Toutefois, des cellules souches pourraient être intéressantes.

Un cerveau

Tenter de réparer les lésions cérébrales après un tel accident

Ces derniers jours, l’AVC est au cœur de plusieurs enquêtes, l’avant-dernière concernait les migraines des femmes qui ont tendance à être synonymes de risque élevé concernant les maladies cardiovasculaires selon certains spécialistes. Cette fois, les chercheurs ont pu obtenir des résultats prometteurs avec des cellules souches. Le secteur de la médecine régénératrice connait donc un véritable bond en avant avec cette découverte qui consiste à injecter des cellules souches.

Des cellules souches injectées dans la zone lésée du cerveau

L’objectif consiste à réparer le cerveau endommagé par un AVC (Accident Vasculaire Cérébral). C’est l’université située en Californie, Stanford, qui est à l’origine de cette affaire qui a fait l’objet d’une publication dans la revue baptisée Stroke. Généralement, les séquelles sont motrices ou intellectuelles, mais la gravité est différente selon les cas. Les patients ont eu la possibilité de recevoir des injections par voie intracérébrale, artérielle ou encore veineuse. Les victimes sélectionnées ont été la cible de problèmes moteurs à la suite d’un AVC. Les conséquences étaient à nouveau différentes selon les patients. Les chercheurs ont ainsi eu l’idée d’injecter les cellules souches dans la zone lésée.

Les patients suivis pour vérifier les évolutions après un AVC

Dans la plupart des cas, les lésions mises en avant sont difficiles à traiter. Les professionnels n’ont donc pas une véritable panoplie pour venir en aide aux patients. Toutefois, avec cette injection de cellules souches qui aurait la particularité de réparer ces zones, les victimes peuvent bénéficier d’un réel espoir. Désormais, un second volet de l’étude est prêt à être enclenché, il consiste à vérifier les évolutions de ces patients tout en confrontant les données des victimes d’un AVC qui n’ont pas reçu ces injections. Cette seconde étape sera réalisée à l’aveugle pour garantir l’efficacité des résultats.

Un cerveau, Pixabay – Tumisu

A propos Vanessa Godet

Une auteure spécialisée dans le domaine sportif, la minceur ainsi que la sexualité. Elle partagera ses trucs et astuces pour optimiser le quotidien.

Essayez à nouveau

Toboggan

Faire du toboggan avec son enfant favorise les fractures

Quel parent n’a pas un jour décidé de glisser sur un toboggan avec son enfant …

Réagissez !