LOADING

Type to search

Spermatozoïdes : une spectaculaire découverte vieille de 17 millions d’années

4 années ago
Share

Ces spermatozoïdes retrouvés sont sans doute les plus vieux puisqu’ils sont âgés de 17 millions d’années, alors que la durée de vie est de 4 jours.

Spermatozoïdes

[/media-credit] Spermatozoïdes

Lors d’un rapport sexuel, il y a environ 200 à 300 millions de spermatozoïdes qui participent à la course à l’ovule. Il faut noter que cette dernière a une durée de vie de 48 heures, alors qu’il faut compter environ 4 jours pour les spermatozoïdes qui se retrouvent dans un milieu utérin. Toutefois, ces délais ont été totalement dépassés par le spécimen découvert par une équipe de scientifiques qui évoluait dans le nord-ouest du Queensland.

Des spermatozoïdes de 1.3 mm

Des fossiles de crustacés ont été retrouvés et lors de la datation, les scientifiques ont constaté qu’ils étaient vieux de 17 millions d’années. Au premier abord, la découverte n’était pas inhabituelle, toutefois elle a pris un caractère exceptionnel lorsqu’ils ont été observés avec précision à l’aide d’un microscope. Les chercheurs ont pu constater que le fossile contenait encore les organes sexuels et donc des spermatozoïdes de 1.3 mm. Ces derniers avaient une taille plus élevée que celle observée chez les crustacés. Pour comprendre la subtilité de cette différence, il suffit de se focaliser sur l’homme. Ce dernier a l’occasion de produire des spermatozoïdes d’un demi-dixième de millimètre, mais en prenant la spécificité de ces crustacés, ceux des hommes mesureraient près de deux mètres. En effet, les crustacés retrouvés sont millimétriques et donc plus petits que ces spermatozoïdes.

Les chauves-souris auraient aidé

Il n’en fallait pas davantage pour passionner la communauté des scientifiques, car ces spermatozoïdes sont les plus vieux. Ils ont également été surpris par le degré de conservation et ils ont tenté de l’expliquer en se focalisant sur la présence des chauves-souris. Ces dernières étaient largement présentes sur le lieu de la découverte, leurs déjections auraient donc permis à cette fossilisation d’être réalisée grâce à une eau enrichie en phosphore.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *