Accueil / Actualités / Tropiques : 50 % de voyageurs transportent des bacteries resistantes

Tropiques : 50 % de voyageurs transportent des bacteries resistantes

Depuis les Tropiques, les voyageurs se distraient, mais ils sont loin d’imaginer que 50 % d’entre eux transporteront lors de leur retour des bactéries résistantes qui sont à l’origine d’infections.

Bactérie
Bactérie / Crédit Photo : Pixabay – geralt

Avant de partir en vacances, des voyageurs suivent les recommandations sanitaires en réalisant les diagnostics nécessaires, les vaccins, la prise de médicaments… Toutefois, sur les lieux et notamment dans les tropiques, il est impératif de suivre quelques règles d’hygiène. Pourtant, sur le chemin du retour, 50 % des vacanciers ramèneront dans leurs valises un souvenir qui s’avère être désagréable à savoir des bactéries résistantes. Ces dernières se logent dans l’organisme et sommeillent jusqu’à être à l’origine d’une infection.

Il faut noter que tous les voyageurs qui auront transporté des bactéries résistantes ne seront pas souffrants. Selon les données des auteurs, aux alentours de 4 % des participants à l’étude mettaient en avant les mêmes bactéries 90 jours après le retour. Dans le cas contraire, c’est la flore intestinale qui a un réel pouvoir de tout éliminer. En effet, lorsque le tube digestif est sain, les bactéries résistantes et étrangères auront disparu après une élimination massive.

Toutefois, si aucun symptôme ne se déclare dans les jours à venir après le retour, c’est tout à fait normal. En effet, les bactéries résistantes déclencheront une infection au minimum 30 jours après avoir quitté la zone tropicale. Elles n’ont pas toutes la même nocivité, car certaines sont totalement neutres et inoffensives. A contrario, des bactéries résistantes aux antibiotiques peuvent provoquer une très grave intoxication alimentaire.

La plupart des voyageurs transportent des bactéries résistantes

Certaines zones du monde sont plus aptes à transmettre ces bactéries dites résistantes, car elles peuvent voyager sans perdre de leur pouvoir nocif. De ce fait, les voyageurs qui ont passé un séjour en Asie sont les plus enclins à rapporter des bactéries, 72.4% des personnes se retrouvent dans cette situation. Une étude montre également que des établissements ont tendance à être plus problématiques que d’autres et cela sans doute à cause des problèmes d’hygiène. En effet, les hôtels club sont pointés du doigt, car tous les voyageurs qui transitent par ces établissements peuvent transporter sans le savoir des bactéries résistantes.

Les tropiques ne riment pas avec la prise d’antibiotiques

L’université d’Oxford a publié ses travaux dans la revue Clinical Infectious Diseases et à l’heure où les vacanciers ont pris le chemin de la détente, elle révèle que 50.9 % des 574 personnes participantes à l’enquête ont été victimes des bactéries résistantes. En parallèle des règles basiques d’hygiène à respecter comme se laver les mains ou privilégier l’eau minérale en bouteille, il est judicieux de limiter voire de proscrire les médicaments et notamment les antibiotiques. Ces derniers affaiblissent en réalité l’organisme et cela permet aux bactéries qui sont de plus en plus résistantes d’infecter le voyageur.

A propos Vanessa Godet

Une auteure spécialisée dans le domaine sportif, la minceur ainsi que la sexualité. Elle partagera ses trucs et astuces pour optimiser le quotidien.

Essayez à nouveau

Se raser le maillot

La très en vogue épilation génitale n’est pas dénuée de tous dangers

Un récent sondage révélait que 20% des Françaises avaient adopté l’épilation intégrale. La chasse aux poils pubiens …

Réagissez !