Accueil / Actualités / Victime de l’essai clinique de Rennes, il partage son calvaire

Victime de l’essai clinique de Rennes, il partage son calvaire

Lors de l’essai clinique de Rennes, un homme est volontaire, mais cette épreuve a été délicate, car il a eu quelques séquelles. Des problèmes de vision, d’élocution et de déplacements ont jonché son quotidien.

A Rennes, un volontaire est conduit à l’hôpital

Pour rappel, un laboratoire de Rennes procédait à l’essai clinique d’une nouvelle molécule, mais lors de la prescription d’une dose, un problème est survenu. Ce dernier a engendré le décès d’un volontaire et d’autres ont été hospitalisés. L’un d’entre eux a accepté de partager son calvaire dans le Maine Libre et il dévoile un quotidien bouleversant. Les professionnels de la santé estiment qu’il s’agit d’un miraculé, car il a réussi à retrouver l’usage de la marche et de la parole quelques semaines seulement après le drame.

Des problèmes pour marcher, voir et parler

C’est au centre de l’arche de Saint-Saturnin qu’il a été envoyé pour les besoins d’une rééducation. En effet, après l’essai clinique organisé à Rennes pour le compte d’un laboratoire portugais, il ressent des maux de tête et sa vision se trouble. Il fait ensuite un malaise et il est conduit à l’hôpital. Son état de santé est complexe, avec sa force de détermination et son courage, il a pu s’en sortir, mais la partie n’est peut-être pas encore gagnée. Les médecins qui l’ont examiné ne peuvent pas se prononcer pour l’instant sur des séquelles sur le long terme.

Un volontaire de l’essai clinique de Rennes est en colère

Lors de son entretien, il a souhaité faire part de sa colère, car il se questionne. Pourquoi l’essai clinique de Rennes a-t-il continué alors qu’un premier volontaire avait fait l’objet d’une hospitalisation ? De plus, TF1 a pu relayer quelques-uns de ses propos et il précise qu’il n’aurait pas participé à cet essai s’il avait été au courant à propos des animaux décédés au préalable. Ces derniers n’ont pas supporté apparemment les fortes doses de cette molécule, ils sont donc morts.

Photo d’illustration d’un laboratoire, Pixabay – DarkoStojanovic

A propos Larcher Jennifer

Passionnée de nouvelles technologies, elle partagera avec plaisir et rigueur toutes les actualités intéressantes pour le lecteur.

Essayez à nouveau

Consulter un médecin

Méningite C : un décès montre que cette infection peut être mortelle

En milieu de semaine, plus d’une quarantaine de personnes ont été prises en charge par …

Réagissez !