LOADING

Type to search

Gaspillage de médicaments : une plateforme collaborative pour leur offrir une 2e vie

5 mois ago
Share

Les Français se sentent de plus en plus concernés par le gaspillage, les médicaments font partie de cette nouvelle prise de conscience. Nombreux sont ceux qui désormais rapportent dans les pharmacies les traitements non utilisés. Le gaspillage a un coût qui peut se chiffrer à plusieurs milliards d’euros par an. Des mesures ont été prises mais elles sont encore trop peu suivies. La vente à l’unité est une piste envisagée mais elle ne garantit pas à elle seule la réduction du gaspillage de médicaments.

Médicaments

Malgré une réelle prise de conscience, le gaspillage en France est encore d’actualité, des quantités énormes finissent dans la poubelle

Le conditionnement inadapté ainsi que la mauvaise observance des traitements sont notamment en cause. Le système de remboursement via la carte vitale n’incite pas aux économies car ni le médecin, le pharmacien, le patient n’ont le sentiment que forcément quelqu’un devra payer la facture. Les prescriptions médicale excèdent toujours les normes, en outre de nombreux patients demandent à la fin de la consultation un rajout de médicaments sur leur ordonnance. Depuis sa création Cyclamed a donné bonne conscience à de nombreux Français en pratiquant la redistribution humanitaire des médicaments non utilisés mais un amendement de l’Assemblée nationale a mis fin à cette pratique. Désormais, les médicaments en trop sont incinérés, ce qui rend le gaspillage encore plus intolérable.

Face à ce gaspillage toujours trop important dans notre pays, une start-up bretonne a lancé une plateforme collaborative, les pharmaciens hospitaliers pourront mettre à disposition leur stock non utilisé

Cette idée est plutôt ingénieuse quant on réalise que dans tous les établissements de santé il existe un nombre impressionnant de médicaments parfois très onéreux inutilisés. Les pharmacies hospitalières peuvent via un abonnement annuel allant de 1000 à 15.000 euros à MaPUILaBS auront accès à toute une cartographie de remèdes disponibles. Les auteurs de cette plateforme espèrent convaincre désormais les 2000 pharmacies hospitalières. Ils ont eu aussi une nouvelle idée, améliorer le suivi des médicaments des patients entre la ville, l’hôpital. Cette plate forme s’appellera Hospiville. Ce système est plutôt gagnant pour tout le monde, il faut absolument qu’il soit plébiscité à l’heure ou des ruptures de stocks sont très souvent observées.

Médicaments, Pixabay – Mizianitka

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *