Alcool

La consommation d’alcool ne baisse malheureusement plus en France

L’académie nationale de médecine le déplore et de ce fait appelle à des mesures beaucoup plus fortes afin de lutter activement contre ce fléau majeur qui touche un grand nombre de personnes et notamment des jeunes. L’organisme insiste le gouvernement à revenir aux principes initiaux de la loi Evin.

41.000 Français meurent chaque année

Près d’un quart des Français, soit environ 10,5 millions de personnes boivent beaucoup trop d’alcool, un constat estimé fin mars par Santé Publique France. L’académie nationale de médecine déplore notamment l’affaiblissement continu de la loi Evin sous la pression du lobby des fabricants d’alcool jusqu’à autoriser des publicités sur internet. Ce support est particulièrement fréquenté par la jeune génération. Elle recommande également de faire figurer sur les boissons alcoolisées « l’alcool est dangereux pour la santé » et non en cas d’excès, de taxer les boissons au gramme d’alcool ou d’établir un prix minimum de vente par gramme d’alcool comme c’est d’ailleurs le cas en Écosse. Elle souhaiterait aussi que soit affiché un pictogramme très visible pour dissuader la consommation d’alcool aux femmes enceintes.

L’alcool et les jeunes

Selon l’organisme mondial de la santé, la France est le sixième pays le plus consommateur d’alcool, c’est aussi la seconde cause d’addiction chez les jeunes après le tabac. Les accidents de la route s’avèrent quant à eux la première cause de mortalité chez les jeunes. L’alcoolisation s’est généralisée pour cette population et touche toutes les classes sociales. Pour les 13-17, 18-25 ans, la vision de la mort est lointaine et de ce fait la conscience du danger reste faible. L’alcool est pour eux un moyen de se construire une identité. Ils consomment de manière excessive avec un objectif de « défonce immédiate », une façon de s’amuser qui malheureusement peut avoir des conséquences graves, voire irréversibles, accidents de la route, dépendance, suicide. La prévention semble avoir que très peu d’impact sur eux.

L’alcool, un vrai problème de santé publique

10% des Français sont des consommateurs réguliers et les chiffres ne baissent pas depuis 2013 et comme cela ne suffisait pas, l’alcool est aussi directement impliqué dans 40% des violences faites aux femmes, aux enfants et dans plus d’un tiers des décès par accident de la route. Plus d’un Français sur quatre dépasse l’un des trois repères de consommation (10 verres d’alcool maximum par semaine, pas d’alcool tous les jours et pas plus de deux par jour). Même consommé en faible quantité, il a une influence sur le développement de nombreuses maladies, pathologies cardiovasculaires, cancers, troubles physiques et peut être à l’origine de difficultés plus courantes comme la fatigue, la tension artérielle élevée, les troubles du sommeil, perte de la mémoire et problème de concentration.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *