Médecin

Tuberculose : augmentation des cas en France et inquiétudes

En Île-de-France, la tuberculose serait en forte augmentation d’après un récent rapport de la santé publique. C’est la maladie infectieuse la plus meurtrière au monde, plus de 1,6 million en meurent chaque année. Paris et sa région sont officiellement les plus touchés par cette pathologie.

La tuberculose, qu’est-ce exactement ?

C’est une maladie infectieuse qui est due à une bactérie appelée bacille de Kock. La forme la plus courante est la tuberculose pulmonaire, mais il existe également la tuberculose osseuse, ganglionnaire et rénale. Autrefois cette maladie était synonyme de mort, aujourd’hui, ce n’est plus le cas. On la traite avec des antibiotiques durant de longs mois. La vaccination par le BCG est le seul moyen efficace de prévenir la tuberculose. Les personnes les plus touchées sont les individus souffrant de précarité, de promiscuité, les sans domicile fixe. L’augmentation est réelle, en 2015 on a recensé plus de 1758 cas en Île-de-France, en 2016 1809 cas et en 2017 plus de 1917 cas, soit une augmentation de plus de 9,6%.

Toutes ne développent pas la maladie

Selon l’OMS, entre 2000 et 2020 près d’un milliard de personnes seront infectées dans le monde et 200 millions développeront la maladie, 35 millions en mourront si aucune amélioration n’est apportée dans le contrôle de cette maladie. Chaque seconde, une nouvelle personne est infectée par le bacille de la tuberculose. Plus de 95% des décès surviennent dans les pays à faibles revenus. Elle se transmet par voies aériennes via des gouttelettes contaminées et expectorées par la toux par les malades. Les déplacements des populations ont largement contribué ces quarante dernières années à la propagation de la tuberculose sur les continents. Aujourd’hui on peut en guérir, mais le traitement est long, plus de six mois d’antibiotiques. Selon les spécialistes des maladies infectieuses au CHU de Rennes interrogés par FranceInfo, l’augmentation de la tuberculose est due à une « paupérisation d’une partie de la population ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *