LOADING

Type to search

18 adolescents déposent une plainte, des policiers de Paris auraient été violents

2 années ago
Share

À Paris, 18 adolescents ont décidé de se tourner vers la justice pour mettre un terme aux violences qu’ils auraient été victimes pendant près de deux ans. Ce sont des policiers de la capitale qui sont soupçonnés d’être les auteurs de cette violence.

L’affaire à Paris n’est pas anodine, car des policiers sont soupçonnés d’actes très graves que des adolescents auraient subis de 2013 à 2015. Pendant deux ans, les jeunes en nombre de 18 auraient subi régulièrement des agressions sexuelles ou encore des discriminations avec notamment des insultes mettant en avant une couleur de peau ou une origine. La police des polices a été saisie sur cette affaire et elle doit faire la lumière sur ce dossier qui se déroule dans le 12e arrondissement de la capitale.

Entre 14 et 18 ans, des adolescents portent plainte contre des policiers

Les 18 adolescents ont décidé de porter plainte contre plusieurs policiers, car toutes les tentatives précédentes n’auraient pas eu les résultats escomptés selon La Dépêche. En effet, la mairie aurait eu vent des relations complexes entre les jeunes et les policiers de cette zone. Toutefois, la commune aurait précisé qu’elle ne pensait pas que la situation était aussi dramatique,  car selon les informations qui transitent sur cette affaire, des agents auraient tout de même inséré des doigts dans les fesses des adolescents.

Des adolescents auraient subi des représailles à Paris après des actes de médiation

Des jeunes étaient même contraints de se déshabiller, c’est pour cette raison que la mention des agressions sexuelles aggravées a été retenue. C’est également le cas pour les violences volontaires aggravées ainsi que la discrimination, l’abus d’autorité et la séquestration. L’enquête devra donc faire la lumière sur cette affaire qui avait apparemment nécessité des actes de médiation. Ces derniers n’avaient toutefois pas permis aux jeunes de retrouver la tranquillité, car le journal spécifie que des policiers auraient effectué quelques représailles.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *