Accueil / Actualités / Baleines tuées en nombre : le Japon paye le prix fort d’une chasse illégale aux yeux de la justice australienne

Baleines tuées en nombre : le Japon paye le prix fort d’une chasse illégale aux yeux de la justice australienne

Mercredi, la justice australienne a décidé de sévir contre le Japon, qui outrepasse l’interdiction de chasser la baleine commerciale en vigueur depuis 1982 sous de faux prétextes scientifiques, notamment dans la zone australe sous l’autorité de Canberra et a condamné la société nippone Kyodo Senpaku Kaisha à des amendes très lourdes : un million de dollars australiens (soit près de 666 000 euros). Les crimes face à une espèce en danger ne pouvaient rester impunis indéfiniment et le Japon, qui en paye le prix fort, y réfléchira à deux fois.

Le Japon et la chasse à la baleine : un pays hors-la-loi impossible à raisonner

Le comité scientifique de la Commission Baleinière Internationale (CBI) a déclaré que le programme japonais « NEWREP-A », qui prévoit le massacre de près de 4 000 baleines de Minke sur les 12 prochaines années, en invoquant les besoins de la « recherche létale », n’a pas permis de prouver la nécessité de tuer des baleines pour la recherche scientifique. Le Japon persiste à poursuivre sa chasse dans l’océan Austral sanctuarisé.

« Le Japon persiste à dire qu’il se conforme à l’autorité des lois mais la Cour Internationale de Justice a tranché : la chasse à la baleine pratiquée par ce pays ne s’apparente en rien à de la recherche scientifique. Non seulement le Japon se dresse contre la CIJ, mais, de surcroît, il rejette ses décisions. Dès qu’il s’agit d’appliquer les lois internationales de préservation des espèces, ils sont sans scrupules », selon le Capitaine Paul Watson.

L’Australie frappe un grand coup sur la tête dure du mauvais élève nippon

Selon Swiss Info, Michael Kennedy, à la tête de l’ONG Humane Society International (HSI) et également à l’origine de ce recours en justice, a indiqué qu’« aux termes de la loi australienne, les baleines présentes dans le sanctuaire baleinier australien des eaux australiennes de l’Antarctique bénéficient d’une protection totale ». Il considère le verdict de la Cour fédérale solide et justifié vis-à-vis d’une attitude blâmable car « délibérée, systématique et durable ».

Le ton serait-il en train de monter entre ces deux pays ? HSI a de surcroît demandé au gouvernement australien d’en profiter pour multiplier ses efforts diplomatiques à l’attention, espérée éveillée, du Japon, et ce afin de s’assurer que Tokyo ne s’octroie pas des droits à part et soit bien au fait des conséquences qui pourraient découler d’une nouvelle chasse à la baleine dans l’océan Austral. L’avertissement est donné.

A propos Eric Françonnet

Essayez à nouveau

Une bactérie

Madagascar : l’épidémie de peste ne cesse de progresser avec désormais 80 morts à déplorer

La peste (essentiellement pulmonaire) se propage d’une façon épidémique particulièrement fulgurante à Madagascar ; le …

Réagissez !