LOADING

Type to search

2000 déclarations d’euthanasies enregistrées en Belgique.

2 années ago
Share

La commission fédérale de contrôle de l’euthanasie a dévoilé ce chiffre et elle a tenu à préciser qu’aucune euthanasie n’a été faite pour un mineur. En 2015, ces 2000 déclarations enregistrées en Belgique est une première, cette pratique a été retirée du Code pénal belge en 2002. Le président de la commission de contrôle a estimé que cette hausse constatée ne devrait pas être plus importante dans les années à venir.

L’euthanasie pour les mineurs est envisageable

Sur les 2000 déclarations d’euthanasies qui ont été comptabilisées en Belgique, 80% ont été faites en Flandre et 20% en Belgique francophone. Ces conclusions amènent à penser que les médecins francophones pratiquent moins l’euthanasie ou ils pourraient omettre de la déclarer systématiquement. Le président de la commission tient à rappeler que les soins palliatifs sont plus importants que les pratiques d’euthanasies, cinq fois plus élevées. L’euthanasie peut se pratiquer sur des mineurs depuis 2014 mais sous certaines conditions très encadrées, le mineur doit être conscient de son état et il doit être également capable de discernement, se trouver dans une situation médicale désespérée où la souffrance physique est telle qu’elle ne peut plus être supportée et surtout être en phase terminale de la maladie, plusieurs médecins doivent constater l’état du mineur, un pédopsychiatre doit être également consulté.

En France, l’euthanasie n’est pas permise

L’euthanasie doit être distinguée des soins palliatifs, le premier cas, on provoque le décès de la personne et dans le second, on le soulage de la douleur. Les défenseurs de l’euthanasie considèrent qu’elle est le prolongement des soins palliatifs et qu’elle devient légitime lorsque le malade la demande. La majorité des états ne reconnaissent pas l’euthanasie, en France, elle est formellement réprimée, depuis les années 2000, certaines affaires d’euthanasies ont entraîné des non-lieux ou  des peines symboliques.

Certains prônent une euthanasie encadrée

L’euthanasie active est  qualifiée d’assassinat et elle est punissable de réclusion criminelle à perpétuité. Robert Badinter, le principal acteur de l’abolition de la peine de mort a déclaré « nul ne peut retirer la vie à autrui dans une démocratie ». Pourtant l’euthanasie devrait dans certains cas être légalisée lorsque la médecine ne peut plus rien et que la souffrance est plus forte que la vie, le malade devraient pouvoir décider de son propre chef de mourir dignement et quant il le souhaite, tous les réfractaires devraient se pencher sur le sujet. L’euthanasie encadrée par des médecins évite bien des pratiques clandestines.

Hôpital, Pixabay – cor125

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *