Accueil / Actualités / Bonnes notes : une exigence parentale trop sévère s’avère contre-performante sur des enfants sous pression

Bonnes notes : une exigence parentale trop sévère s’avère contre-performante sur des enfants sous pression

Les parents mettent parfois la barre très haute, pour ne pas dire trop haute, concernant les résultats scolaires de leurs enfants, et ce dès les prémices de l’adolescence. Cette exigence vis-à-vis de la récolte aux bonnes notes à engranger peut, si elle est trop forte, produire l’effet inverse de la réussite tant et tant désirée, selon une étude britannique publiée dans le Journal of Personality and Social Psychology.

Une étude britannique pour situer au mieux capacités réelles de l’enfant et attentes des parents

Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs de la University of Reading’s School of Psychology en Grande-Bretagne ont analysé les résultats d’une précédente étude concernant les notes obtenues en mathématiques de 3 530 collégiens allemands, âgés de 11 à 16 ans, sur une période de 5 ans, entre 2002 et 2007. Ils ont comparé ces résultats aux ambitions de leurs parents (correspondant à la note qu’ils aimeraient que leur enfant obtienne) et à leurs attentes (celle qu’ils estiment que leur enfant est capable de décrocher). 

Il y a deux effets complètement opposés à souligner selon les chercheurs : les collégiens dont les parents ont un niveau d’exigence élevé obtiennent de meilleurs résultats en mathématiques que ceux dont les parents exigent moins. Par contre, lorsque les attentes des parents dépassent les exigences, les résultats diminuent. Les chercheurs, pour avoir le plus de recul et d’acuité possibles, ont ensuite comparé ces données à celles d’une étude américaine de 2 ans portant sur 12 000 enfants présentant des similitudes très frappantes.

Les dérives scolaires et psychologiques chez l’enfant découlant d’une autorité parentale sévère

« Nos travaux mettent en évidence des aspects à la fois positifs et négatifs des aspirations des parents pour les résultats scolaires de leurs enfants », explique Ku Murayama, l’un des auteurs de cette analyse aux assises solides. « Si l’aspiration parentale peut aider les enfants à améliorer leurs résultats à l’école, des attentes excessives peuvent s’avérer nocives. De fortes aspirations à un niveau irréel risquent d’entraver les performances scolaires. » explique-t-il. Le tout est de trouver le juste milieu et non l’injuste extrême.

En effet, les chercheurs soulignent que pousser son enfant vers la réussite est bénéfique, mais ce niveau d’exigence doit s’inscrire dans le champ des possibles, au risque d’avoir de causer des dégâts psychologiques importants chez l’enfant : une perte de confiance en soi, une frustration, du stress et de l’anxiété, car on lui donnerait alors l’impression de ne pas être à la hauteur (assimilée au bonheur) de ses parents. La réussite scolaire est une alchimie mentale complexe et il convient d’être également à l’écoute attentive des enfants.

A propos Eric Françonnet

Essayez à nouveau

Consulter un médecin

Méningite C : un décès montre que cette infection peut être mortelle

En milieu de semaine, plus d’une quarantaine de personnes ont été prises en charge par …

Réagissez !