Conduire un taxi dans une grande ville de France est un travail éreintant et peu récompensé. Les heures sont longues et la plupart du temps, elles sont passées assis ou à porter des valises de 20 kilos dans le coffre. Le revenu peut aussi être négligeable : si un chauffeur ne gagne pas assez en une nuit pour couvrir l’essence, le stationnement et l’usure du véhicule, il peut rentrer chez lui avec rien dans les poches. Et à tout cela, il faut ajouter les clients qui parfois se comportent très mal avec les chauffeurs.

Cela ne dit pas non plus que les chauffeurs de taxi sont parfaits. Comme dans tout secteur d’activité, il y a forcément quelques personnages peu recommandables qui surfacturent les clients, gardent une voiture en désordre ou se comportent tout simplement de manière impolie. Mais la plupart des taxis essaient de bien servir leurs clients et leurs familles. Voyons tout de même certaines des habitudes de chauffeurs de taxi rencontrent presque quotidiennement. Des faux pas qui vont de l’agacement à la méchanceté, voire au danger. Cet article est proposé avec la participation d’une société de taxi à Azay-le-Rideau.

Traiter le chauffeur comme son serviteur… ou pire

Lorsque les clients sifflent pour prendre un taxi, certains choisissent souvent de ne pas s’arrêter, par principe. Les clients et portiers qui sifflent pour attirer l’attention des taxis sont mal vus par ceux-ci. Dans de nombreuses cultures, siffler pour attirer l’attention de quelqu’un est une forme d’irrespect.
Et puis il y a les clients qui entrent dans la voiture sans saluer le chauffeur, se contentant de lui aboyer frénétiquement des ordres. Cette façon de commencer crée une atmosphère tendue et les esprits peuvent alors s’échauffer.
Au lieu de cela : faites signe de la main à un taxi disponible. Et lorsque le chauffeur s’arrête pour vous, regardez-le dans les yeux et dites-lui bonjour, comme le font les êtres humains polis.

Votre destination est accessible à pied

Les longs trajets sont ceux qui rapportent plus d’argent aux taxis. Les petits trajets, en particulier ceux qui se font à pied, peuvent représenter une perte pour le chauffeur, surtout s’il a passé une heure à faire la queue à la station de taxi pour un client. Prendre un taxi pour si peu ne facilite pas la tâche du chauffeur de taxi.
Au lieu de cela : marchez, si vous le pouvez, ou soyez compréhensif et donnez un pourboire au taxi.

Donner des instructions de route depuis le siège arrière

Imaginez que quelqu’un vienne à votre travail, regarde par-dessus votre épaule et vous dise ce que vous devez faire toute la journée. C’est ce que ressent un chauffeur de taxi lorsque les clients lui crient des instructions détaillées depuis l’arrière du véhicule, souvent à la dernière seconde. Il est de la responsabilité du chauffeur de connaître le chemin le plus rapide vers une destination et, s’il ne le sait pas immédiatement, de demander au passager.
Au lieu de cela : Si vous souhaitez que le conducteur emprunte un itinéraire spécifique, il faut le lui indiquer avant de s’arrêter. Sinon, laissez le conducteur faire son travail.

Demander au chauffeur d’enfreindre la loi

Comme tout le monde, vous voulez arriver à votre destination rapidement plutôt que lentement. Et évidemment, vous aimeriez le faire en payant moins cher votre course en taxi. En aucun cas, cependant, les usagers ne doivent encourager un chauffeur de taxi à enfreindre la loi pour arriver plus vite à destination, qu’il s’agisse de contourner un barrage routier, de brûler un feu rouge ou de dépasser la limite de vitesse. Les enjeux sont élevés pour les chauffeurs de taxi pris à enfreindre la loi. Non seulement ils sont responsables des amendes, mais ils peuvent aussi être retirés de la circulation en cas de conduite dangereuse.