Accueil / Actualités / Affaire Grégory : interrogations depuis la découverte il y a 30 ans

Affaire Grégory : interrogations depuis la découverte il y a 30 ans

Grégory, ce petit garçon avait été retrouvé le 16 octobre 1984 et depuis 30 ans de nombreuses interrogations jonchent cette affaire.

Grégory
Grégory

30 ans déjà que le petit Grégory a été retrouvé sans vie, ligoté au fond de la Vologne, une rivière des Vosges. Le mystère de sa mort reste intact aujourd’hui. Le jour de la découverte du cadavre, le 16 octobre 1984, aucun périmètre de sécurité n’avait été mis en place, tous les intervenants ont détruit les preuves involontairement en piétinant les bords de la Vologne. Les prélèvements qui ont pu être récoltés vont s’avérer par la suite inutilisables. Lorsque l’autopsie de l’enfant a été réalisée, l’eau présente dans les poumons n’a pas été analysée. À cause de cela, il est difficile de conclure que l’enfant est peut-être mort avant d’être dans la rivière ou s’il s’est noyé.

Le 16 octobre 1984, Grégory était retrouvé ligoté

Le général Jacques Hebrard commandant du pôle judiciaire de la gendarmerie nationale a déclaré : « un électrochoc nécessaire dont nous avons tiré et tirons encore les enseignements ». Des sursauts de l’enquête concernant l’affaire Grégory ont entraîné des drames : l’oncle paternel suspecté, incarcéré puis libéré a été tué en 1985 par le père de l’enfant, la mère du petit garçon a été aussi mise en cause, mais elle a été innocentée en 1993.

L’enquête de l’affaire Grégory a été un fiasco

Ce qu’il faut retenir de l’affaire Grégory, c’est que cette enquête a été un fiasco total. Les parents de l’enfant, Christine et Jean-Marie Villemin n’ont jamais su ce qui était arrivé à leur petit garçon. Aujourd’hui, en 2014, le mystère de sa mort reste un grand point d’interrogation. Saura-t-on un jour le dénouement de cette tragédie ? Jusqu’à maintenant les investigations n’ont pas permis de trouver le ou les meurtriers, car les éventuelles preuves présentes sur le lieu du drame n’ont pas été récoltées. Par conséquent, si le déroulement de l’enquête avait été différent, le meurtrier de Grégory aurait peut-être été identifié. Il est toutefois aujourd’hui impossible de l’envisager.

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

Huile

De l’huile dans les bras, un jeune Russe inquiète les réseaux

Ce jeune homme, ancien militaire affiche sa musculature impressionnante sur les réseaux sociaux. Des biceps …

Réagissez !