LOADING

Type to search

Agence de la biomédecine : une nouvelle campagne de sensibilisation pour mobiliser davantage de donneurs de gamètes

3 semaines ago
Share

Force est de constater cette faiblesse : on manque toujours de donneurs et de donneuses de gamètes (spermatozoïdes aussi bien qu’ovocytes) notamment parce que le public demeure en état de sous-information sur l’existence du don de gamètes et ses modalités. L’Agence de la biomédecine a décidé de ne pas du tout abdiqué et a pris les commandes d’une toute nouvelle campagne nationale d’information et de recrutement qui dure pendant la quasi-totalité de ce mois de novembre (du 2 au 26).

Sperme

Un objectif ambitieux : prendre en charge l’intégralité des couples infertiles dans les délais idéalement les plus brefs

En 2015, 540 femmes ont fait un don d’ovocytes pour près de 1 268 fécondations in vitro pour des couples : 256 enfants sont nés suite à une AMP avec un don d’ovocytes. En 2015, 255 hommes ont fait un don de spermatozoïdes permettant la congélation de plus de 12 038 paillettes : 971 enfants sont nés suite à un don de spermatozoïdes. Ce sont les chiffres-clés à retenir préalablement.

Cependant, il y a une incapacité de pourvoir à tous les besoins et les délais d’attente sont parfois d’une longueur éprouvante pour les couples souhaitant bénéficier d’un don. Selon l’Agence de la biomédecine, pour atteindre enfin l’équilibre et parvenir enfin à une prise en charge de l’intégralité des couples infertiles qui ont formulé une demande, il faudrait chaque année atteindre 1 400 dons d’ovocytes et 300 dons de spermatozoïdes, sans oublier de de diversifier les origines géographiques des donneurs altruistes.

Une campagne de sensibilisation qui met l’appel aux dons de gamètes sous les projecteurs médiatiques pour nous éclairer

La nouvelle campagne à propos du don de gamètes, initiée louablement par l’Agence de la biomédecine, a pour but de sensibiliser de potentiels donneurs en utilisant un maximum d’outils médiatiques : il y aura la diffusion de 3 spots sur des radios nationales, une série de 10 chroniques sur des radios régionales, des bannières animées sur internet et de plus la projection de 2 films d’animation dans les salles de cinéma.

L’ensemble de ce dispositif a pour objectif d orienter les donneurs potentiels vers 2 sites propices à les informer :

Sans omettre pour ceux qui préfèrent l’expression orale :

  • Numéro vert gratuit : 0 800 541 541

Il faut être en bonne santé pour donner et avoir entre 18 et 37 ans pour les femmes et entre 18 et 45 ans pour les hommes

Selon une enquête conduite par l’Agence de la biomédecine avec le soutien des centres de dons auprès de 455 candidat(e)s qui ont fait la démarche de se positionner comme de potentiels donneurs :

  • La majorité est trentenaire : 61 % des femmes candidates sont âgées de 32 à 36 ans et 51 % des hommes de
    32 à 38 ans.
  • La solidarité est leur moteur : c’est l’empathie pour un proche touché par un problème d’infertilité qui les a conduit à vouloir donner (2/3 des femmes, 3/4 des hommes).
  • Un acte de générosité « évident » pour 90 % des femmes et 81 % des hommes.
  • 79 % des femmes et 61 % des hommes ont informé leurs proches de leur démarche de don.

Rappelons que trois grands principes éthiques régissent le don de gamètes : anonymat, gratuité, libre consentement sont impératifs.

Sperme, Pixabay

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *