Accueil / Actualités / Aliments gras : le manque de contrôle est désormais expliqué

Aliments gras : le manque de contrôle est désormais expliqué

Les aliments gras demandent un certain contrôle et il est extrêmement difficile de résister à une telle consommation. Une réponse est enfin apportée concernant ce besoin de toujours en reprendre une petite bouchée.

Des aliments gras
Des aliments gras / Crédit Photo : Pixabay – Unsplash

Les aliments gras sont néfastes pour la santé, car ils sont à l’origine de nombreux maux comme l’obésité. Toutefois, certaines personnes n’arrivent pas à résister à un hamburger ou des frites malgré une bonne dose de motivation. Sur le long terme, cette alimentation est néfaste, car elle cause une consommation excessive et tous les désagréments s’invitent dans l’organisme. Des scientifiques aux États-Unis ont réussi à démontrer que le corps n’éprouvait pas un réel besoin de ces aliments gras, mais il est impossible de résister.

Une étude explique ce besoin irrésistible de manger des aliments gras

Les chercheurs ont enfin publié une réponse dans Heliyon concernant la surconsommation de ces aliments gras. Le responsable ne serait pas le manque de motivation, mais l’insuline qui est au cœur d’une mauvaise régulation. Par conséquent, le système nerveux central subit une perturbation et au lieu d’effectuer un contrôle de l’ingurgitation des aliments gras, il en demande davantage. De ce fait, lorsqu’un individu a consommé du gras, il a encore une envie irrésistible de succomber à un nouvel aliment gras. Les chercheurs dirigés par le Dr Galli ont ainsi prouvé qu’une telle consommation entraîne un cercle vicieux.

L’étude des aliments gras pour aider 600 millions de personnes souffrant d’obésité

Les consommateurs sont de plus en plus attirés par les aliments gras et cela provoque du diabète, un surpoids et surtout de l’obésité parfois qualifiée de morbide. Cette enquête est intéressante, car en identifiant ce dérèglement qui cause une surconsommation, elle montre qu’il serait possible de rééduquer le cerveau pour qu’il contrôle les aliments gras ingurgités et entraîne ainsi une satiété dans le but de stopper l’envie. Cela pourrait représenter une solution non négligeable pour le problème de l’obésité, car en 2015, il y a près de 600 millions de personnes qui sont concernées dans le monde entier.

A propos Larcher Jennifer

Passionnée de nouvelles technologies, elle partagera avec plaisir et rigueur toutes les actualités intéressantes pour le lecteur.

Essayez à nouveau

Soleil

L’allergie au soleil ou lucite estivale est plus fréquente qu’on ne le croit

Cette manifestation cutanée touche autant à la plage l’été que sur les pistes de ski …

Réagissez !