Altruisme : les enfants athées sont champions du monde devant les enfants croyants

L’étude, qui a dévoilé ses résultats aux antipodes des attentes de ses demandeurs, dont nous allons nous faire l’écho, ne manquera peut-être pas aussi de vous surprendre : l’altruisme, dès le plus jeune âge, est l’apanage des athées ! Se dévouer pour son prochain, en dépit de leur éducation familiale et spirituelle, n’est pas systématique chez les enfants croyants.

Des préjugés ancrés dans les esprits qu’il faut repriser tellement ils s’écartent de la réalité.

Contrairement à ce que l’on peut croire, préjugeant que la laïcité prévaut dans nos sociétés occidentales et contemporaines (en France notamment après l’âpre et contestée bataille pour la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat votée en 1905), la statistique de gens se déclarant ouvertement croyants s’élève à 84% de la population mondiale ! L’étude qui va suivre est financée par une bourse de la Fondation américaine et philanthrope John Templeton. D’inspiration chrétienne, celle-ci avait en 2007 remis son prix (nanti d’une récompense pécuniaire plus élevée que le fameux Nobel) au philosophe canadien Charles Taylor, qui défend l’idée selon laquelle les sociétés laïques occidentales ne sont pas aptes à  satisfaire la quête humaine de sens. Le moins que l’on puisse deviner, c’est la désagréable surprise qu’ont dû avoir la fondation et le philosophe, à l’annonce des résultats de l’enquête qui a ébranlé toutes leurs chères certitudes. Cette dernière a englobé 6 pays (Canada, Chine, Jordanie, Turquie, Etats-Unis et Afrique du Sud) et mobilisé 1170 enfants pour être sans failles.

La preuve par deux de l’étude qui confirme la générosité supérieure des enfants athées.

L’étude américaine est parue le 5 novembre dans la revue Current Biology. Nous vous avons déjà donné un zeste plus haut les nations impliquées ainsi que le nombre d’enfants : il convient maintenant de mentionner la tranche d’âge concernée qui va de 5 à 12 ans. On se doute évidemment que tous n’appartiennent pas à la même affiliation religieuse d’où l’acuité renforcée de cette étude. Et les conclusions surprenantes sont les suivantes : les enfants de familles croyantes seraient « moins généreux ». Je parle des notions d’altruisme, de charité et d’empathie. 3 groupes ont été créés pour les besoins des chercheurs : les chrétiens, les musulmans et les non-religieux. Chaque enfant a reçu plusieurs autocollants et a été confronté au choix de les garder farouchement ou de s’en séparer, tout ou en partie, en les offrant à des camarades. La générosité a été beaucoup plus spontanée chez les petits athées. Au jeu des punitions, second et dernier volet de l’étude, ce sont les petits croyants qui ont été de loin les plus sévères. Notre source est le lemonde.fr.

A propos Eric Françonnet

Essayez à nouveau

Médecine

L’incontinence urinaire touche plus de 2,6 millions de femmes de plus de 65 ans

Les femmes sont plus touchées que les hommes par les fuites urinaires. Cette inégalité s’explique …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *