Accueil / Actualités / Alzheimer : des remboursements de médicaments réévalués à la baisse par la HAS

Alzheimer : des remboursements de médicaments réévalués à la baisse par la HAS

La HAS (Haute autorité de santé) évalue d’un point de vue médical et économique les produits, actes, prestations et technologies de santé, en vue de leur admission au remboursement. Elle propose aussi  des recommandations sur les stratégies de prise en charge. Dans cette optique d’efficacité démontrée par rapport au coût engagé, tous les 5 ans, la HAS, autorité publique indépendante, évalue le service médical rendu (SMR) des médicaments. Concernant la fiabilité des traitements destinés à une lutte âpre contre la maladie d’Alzheimer, le déremboursement annoncé de certains d’entre eux suscite la crainte légitime de l’association France Alzheimer. Créée en 1985 à l’initiative louable de familles de personnes malades et de professionnels du secteur sanitaire et social, France Alzheimer est la seule association nationale de familles reconnue d’utilité publique dans le domaine de la terrible maladie d’Alzheimer et des maladies apparentées. Donnera-t-elle de la voix sur la réévaluation de la HAS ?

Démence sénile

Un remboursement de 4 médicaments contre Alzheimer qui verront leur taux passer sévèrement à 15 % au lieu de 65 % en 2011

En effet, en 2011, 4 médicaments contre Alzheimer (le donépézil, la rivastigmine, la galantamine, et pour clore une liste appelée à disparaître, la  mémantine) parmi les plus couramment prescrits aux patients, avaient déjà été évalués par la HAS qui avait rendu un avis mitigé. La mise en question de leur efficacité limitée, déjà soupçonnée, semble désormais prouvée. L’autorité a tranché avec lucidité, ne s’embarrassant pas d’états d’âmes, en baissant fortement le taux de remboursement qui passera bientôt de 65 % à 15 %. Cette chute vertigineuse octroie un caractère élitiste et non démocratique, en ce qui concerne ces 4 médicaments, qui ne seront plus accessibles à tous les malades pourtant égaux face à la maladie d’Alzheimer, qui touche en France, pas moins de 850 000 à 1 million de personnes.

Le risque le plus redouté du déremboursement selon France Alzheimer : un arrêt du traitement chez une majorité de malades

Le nouvel avis de la HAS sera rendu courant juin. En sa qualité initiale d’association de familles, France Alzheimer et maladies apparentées apporte, en premier lieu, aide et soutien aux personnes touchées par la maladie. Mais sa mobilisation ne s’arrête pas là. Pour l’association, la lutte contre la maladie d’Alzheimer consiste à être présent sur tous les fronts, dont celui nous concernant d’une implication plus forte des pouvoirs publics, qui peine à s’affirmer, la HAS paraissant souveraine. Est-ce que le taux de remboursement passera à zéro ? France Alzheimer fait-elle dans l’anticipation anxieuse en dénonçant une mesure « inappropriée et dangereuse » ? Le risque, selon elle, serait que les patients abandonnent leur traitement et rejettent en masse la prise en charge globale de leur maladie.

Démence sénile, Pixabay

A propos Eric Françonnet

Essayez à nouveau

Consulter un médecin

Méningite C : un décès montre que cette infection peut être mortelle

En milieu de semaine, plus d’une quarantaine de personnes ont été prises en charge par …

Réagissez !