Accueil / Actualités / Animal de compagnie : le tabagisme passif ne tue pas seulement les Hommes

Animal de compagnie : le tabagisme passif ne tue pas seulement les Hommes

Les animaux de compagnie souffriraient du tabagisme passif au même titre que les humains, cela endommagerait leurs cellules et le risque de cancers serait accru pour tous les chiens, les chats, les lapins et autres animaux de la maison. Ces derniers pâtissent des mauvaises habitudes des hommes et cela peut être pour leur santé un réel problème.

Une étude de l’université de Glasgow vient de mettre en évidence les dangers du tabac passif chez les animaux qui partagent le quotidien des hommes. Une chercheuse, professeure de médecine et d’oncologie à l’institut vétérinaire  de cette université écossaise a déclaré dans un communiqué que les cellules des animaux seraient endommagées, une prise de poids serait constatée après la castration et certains cancers exposeraient les animaux qui subissent ce désagrément en milieu clos.

Le chat est l’animal de compagnie le plus sensible à la fumée du tabac

Elle a également souligné que les chiens absorbaient une grande quantité de fumée et selon les résultats de cette étude, les chats seraient encore plus vulnérables et cela serait dû à la toilette qu’ils effectuent au quotidien et de façon récurrente. Les chercheurs auraient détecté que dans les testicules des chiens castrés, un gêne aurait été trouvé ce qui provoquerait un dommage des cellules, l’animal qui vit dans un environnement sain aurait bien moins de risque de développer ce genre de dommages.

Des animaux de compagnie victimes d’une tabagisme passif

Les animaux de compagnie sont exposés à la bêtise des hommes, hormis la fumée de cigarettes qui endommagent leurs cellules, le cannabis est aussi un problème, les intoxications semblent se multiplier comme l’indiquent les centres anti-poisons. Les chiens et les chats seraient principalement malades après avoir ingéré les mégots, les joints, la fumée est dangereuse quand elle est directement rejetée vers la gueule de l’animal. Ces constats sont vrais pour les chiens, les chats, mais les lapins, les cobayes et autres rats et souris seraient également vulnérables à ce problème sanitaire qui tue les hommes en toute connaissance de cause, mais qui tue les animaux alors que ces derniers restent innocents des pratiques humaines au même titre que peuvent l’être les enfants.

Animal de compagnie, Pixabay – vlaaitje

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

Faire le ménage

Bouger avec régularité, même en faisant le ménage, un rempart essentiel contre la mortalité

Afin d’améliorer leur endurance cardiaque et respiratoire, leur état musculaire et osseux, et réduire le …

Réagissez !