LOADING

Type to search

Les antioxydants contribueraient à diminuer les risques de diabète de type 2

1 semaine ago
Share

Le diabète de type 2 de façon globale augmente avec l’âge, souvent diagnostiqué vers 65 ans, l’incidence est maximum entre 75 et 79 ans. Cependant, le diabète de type 2 touche aussi les sujets les plus jeunes comme les enfants, les adolescents. Cette maladie est en augmentation ces dernières années, elle se développe silencieusement durant des mois. La maladie est souvent découverte de manière fortuite lors d’un examen de sang de routine. Le diabète entraîne à long terme s’il n’est pas soigné correctement, des accidents vasculaires cérébraux, des infarctus du myocarde. Il existe une prédisposition génétique du diabète de type 2.

Diabète

La composante génétique ne peut à elle seule expliquer la survenue d’un diabète de type 2 ni l’augmentation de son incidence à travers le monde

Pourtant le surpoids, l’hypertension, l’obésité accentuent le risque de développer la pathologie sans que les raisons soient définies clairement. Afin de contrôler la glycémie, il est important de modifier les habitudes de vie, perdre du poids quand cela est nécessaire, opter pour une activité physique régulière, pour une alimentation variée, saine, des facteurs parfois suffisants pour rétablir l’équilibre. La prévention est également un enjeu majeur, c’est le seul moyen de retarder l’apparition de la maladie. D’après l’organisation mondiale de la santé, le nombre de diabétiques de type 2 devraient passer de 135 millions à 300 millions dans le monde entre d’ici 2025. Chaque personne porte un bagage héréditaire qui le prédispose ou pas à souffrir de cette maladie. Le diabète de type 2 est le résultat de plus de deux phénomènes, une résistance à l’insuline, l’épuisement du pancréas. Le dépistage est une façon de mieux contrôler la glycémie, il existe sur le marché des lecteurs, très faciles d’usage, avec une goutte de sang prélevée au bout du doigt, la glycémie peut être mesurée.

Une alimentation de type méditerranéenne riche en antioxydants pourrait diminuer le risque de troubles cardiovasculaires, de cancer

Les scientifiques pour arriver à ses résultats ont suivi plus de 64.000 femmes entre 1993 et 2008. Au début de l’étude de l’INSERM publiée dans la revue scientifique Diabetologie le 9 novembre 2017, aucune maladie n’avait été détectée chez les sujets, un questionnaire sur les habitudes sur plus de 200 aliments a été défini. L’étude a révélé que les femmes qui avaient eu une alimentation riche en antioxydants avaient un risque inférieur de plus de 27% de diabète de type 2 par rapport à celles qui en consommaient très peu. Faut-il alors inclure davantage de ces aliments dans notre quotidien pour se prémunir du diabète de type 2 ? Les scientifiques appellent à la prudence. Il ne faut pas de conclusions hâtives, ne pas se précipiter sur les compléments alimentaires, pour l’instant, les chercheurs sont dans le questionnement non dans la certitude, d’autres études pourront peut être mieux définir le mécanisme du diabète. En attendant, une vie saine, une activité physique régulière, une alimentation variée sont des facteurs à prendre en compte pour se protéger.

Diabète, Pixabay – stevepb

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *