Accueil / Actualités / Des antitussifs avec des antihistaminiques deviennent des drogues chez les adolescents

Des antitussifs avec des antihistaminiques deviennent des drogues chez les adolescents

Un bulletin de vigilance a été émis par l’ANSM. L’agence de sécurité du médicament et des produits de santé est inquiète et elle le fait savoir dans un dernier rapport de vigilance qu’elle vient d’émettre ce vendredi 11 mars 2016. Un cocktail explosif composé de deux médicaments, un antitussif et un antihistaminique, mélangé à une boisson ordinaire type jus de fruit ou soda, surnomé « purple drank » semble devenir dans les soirées festives la boisson à la mode. Les jeunes sont de plus en plus concernés par cette mixture dangereuse.

Un sirop et des médicaments contre les allergies détournés

L’imagination ne connait pas de limite quant il s’agit de créer des substances toujours plus nocives à la santé et cette fois ce sont deux molécules qui sont incriminées, la codéine opiacié qui se trouve dans les sirops contre la toux et la prométhazine contenue dans les antihistaminiques prescrits contre les allergies et les troubles légers du sommeil. Ces deux sortes de médicaments sont délivrés sans ordonnance et sous différentes formes, sirops, comprimés, solutions buvables, ces faits ont été rapportés par l’ANSM. Ils peuvent être achetés dans les officines très librement d’où le danger. Cette boisson a été détectée pour la première fois en 1980 aux États-Unis, en France, sa consommation est pour l’instant assez discrète d’où l’intérêt de s’en préoccuper avant qu’il y ait trop de dégâts sur la jeunesse. Plusieurs pharmacies ont suspecté des achats plus qu’étranges et elles ont alerté les autorités pour essayer de mettre un terme à cette nouvelle drogue festive.

Le purple drank devient une boisson très utilisée

Le centre d’évaluation et d’information sur la pharmacodépendance de Lille (CEIP) a mené une enquête sur le « purple drank » et les résultats ont été présentés en mars 2015 à l’ANSM. Durant la période située entre 2009 et 2014, plus de 17 cas ont été signalés au CEIP, les patients étaient âgés d’environ d’une quinzaine d’années. Lors des hospitalisations, plusieurs symptômes ont été détectés, convulsion, troubles de l’attention et de la vigilance, délires. Le détournement des médicaments connait de nos jours une recrudescence très importante, il est important que les parents restent vigilants. L’ANSM a diffusé une « mise en garde » auprès des professionnels de santé ayant un rapport direct avec la jeunesse. Quand un médicament se transforme en grog, c’est la porte ouverte vers d’autres substances plus destructrices, la jeunesse est directement concernée.

Sirop, Pixabay – frolicsomepl

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

Santé

La pratique commerciale trompeuse existe aussi dans la santé

Lorsque l’on évoque la pratique commerciale déloyale, on a tendance à se focaliser sur le …

Réagissez !