Accueil / Actualités / Aude : la mort suspecte de 200 chats serait imputable à un virus mais non à un empoisonnement

Aude : la mort suspecte de 200 chats serait imputable à un virus mais non à un empoisonnement

Les faits remontent au début du mois de juin. L’hécatombe suspecte des quelques 200 chats de la station balnéaire de Saint-Pierre-la-Mer (Aude) était alors perçue, par la rumeur la plus folle, comme l’acte d’un tueur en série, qui opérerait par empoisonnement. Cette supposition rimant avec suspicion, se trouve désormais contredite, selon L’Indépendant, après les résultats révélateurs d’une des deux autopsies de félins demandée par la mairie de Fleury. La première autopsie suggère qu’il s’agirait d’un virus, terriblement agressif, qui aurait tué autant de chats : le calicivirus félin.

chaton

Les débuts d’un fait divers sous le signe d’un empoissonnement massif de près de 200 chats a trouvé un nouveau fautif, suite à une première autopsie : le calicivirus félin, un virus implacable

Après l’enquête menée soigneusement par la police municipale, le chiffre a été revu fortement à la baisse pour être divisé au moins par quatre : ce seraient donc entre 30 et 50 chats qui seraient décédés, au bout d’atroces souffrances, dans des circonstances sombres initialement mais désormais en train de s’éclaircir, explique L’Indépendant. La ville, s’inscrivant dans une démarche nécessaire pour apaiser les habitants, a sollicité l’autopsie de deux animaux ayant succombé à leurs maux, pour que la vérité éclate. Les résultats obtenus sur le premier animal attesteraient qu’il a été tout simplement victime d’un virus, dont il convient de noter la virulence : le calicivirus félin. Hors, les symptômes de ce virus s’apparent à ceux d’un empoisonnement. On note une infection respiratoire sévère provoquant notamment une ulcération de la langue. D’où la confusion initiale qui a même entraîné des dépôts de plaintes et l’émoi très palpable de la SPA.

La Mairie annonce une troisième autopsie qui viendrait exclure définitivement la piste de l’empoissonnement et essaie en vain de comprendre pourquoi un seul de ses quartiers est impacté

Selon Le Figaro, la seconde autopsie aurait été pratiquée avec un résultat d’une similitude troublante avec la précédente. Mais la Mairie joue, à bon escient, la carte de la prudence et ce pour diverses raisons. Selon toujours Le Figaro qui a recueilli les propos du DGS (soit le « directeur général des services ») de la ville, Marc Soriano,  il est surprenant qu’un seul et même quartier de la ville n’ait été touché et une troisième autopsie est imminente pour exclure définitivement la piste de l’empoissonnement. Si nous nous fions aux témoignages horribles (âmes sensibles : ne lisez surtout pas ce qui va suivre) des propriétaires, leurs « chats vomissaient quelque chose de bleu, ils miaulaient et mouraient ». L’association des chats errants de Saint-Pierre avait décidé de déposer plainte car ils sont nombreux à être hélas abandonnés surtout en période de vacances. Le problème récurrent, qu’est l’abandon, doit être pris vraiment au sérieux.

chaton, Pixabay

A propos Eric Françonnet

Essayez à nouveau

Enfant pleurant

Un enfant belge de 2 ans et 7 mois meurt d’étouffement à cause d’un Babybel

Un Babybel, resté coincé dans la trachée d’un enfant belge de 2 ans, lui a …

2 commentaires

  1. « La Mairie annonce une troisième autopsie qui viendrait exclure définitivement la piste de l’empoissonnement et essaie en vain de comprendre pourquoi un seul de ses quartiers est impacté »

  2. Un bon vaccin chez votre vétérinaire habituel et tout le monde félin est sauf!

Réagissez !