LOADING

Type to search

Australie : une fillette de 5 ans, atteinte de puberté précoce, va malheureusement être bientôt ménopausée

1 mois ago
Share
 Emily Dover a l’âge, loin d’être candide, de 5 ans. Cette fillette australienne va, très prochainement, être ménopausée, d’après nos confrères du Daily Mirror. Emily est atteinte par la maladie d’Addison entraînant une destruction progressive des glandes surrénales qui ne sont plus dans la capacité d’assurer avec une efficacité normale la synthèse habituelle de deux hormones (la cortisol et l’aldostérone) avec un impact sur le fonctionnement normal du corps. C’est une maladie qui est heureusement rare. Concernant Emily, la maladie d’Addison a favorisé une puberté précoce dont nous allons maintenant vous dévoiler les étapes.

Fillette blonde

Emily Dover, suite à un dérèglement hormonal, a été victime d’une puberté précoce aux nombreux symptômes, des plus surprenants, comme ses premières règles dès l’âge de 4 ans

Emily Dover est originaire de Gosford, une ville localisée au nord de Sydney. Elle a grandi beaucoup plus rapidement que tous les enfants de son âge. Cela peut paraître insolite mais elle a pris pas moins de quatre centimètres en sept jours lorsqu’elle n’avait que quatre semaines : une croissance, pour le moins, hallucinante ! A 2 ans seulement elle a connu ses premières poussées d’acné et a vu poindre ses seins. Elle a eu ses règles à l’âge de seulement 4 ans ! Une pilosité inhabituelle et conséquente s’est, par la suite, invitée, de façon disgracieuse, sur diverses parties de son corps. Il émane d’elle, de surcroît, une odeur vraiment incommodante.

Afin de soulager Emily Dover, les médecins ont opté pour un traitement au double coût : un coût financier élevé et un coût humain âpre avec une ménopause pour la fillette de 5 ans

Cette surabondance de symptômes qui constituent un fardeau, des plus lourds à porter, au quotidien, pour une fillette comme Emily, a suscité l’empathie du corps médical australien. Pour soulager l’enfant, des médecins ont pris une initiative à double tranchant : celle d’un traitement qui devrait atténuer la plupart de ses symptômes mais qui occasionnera une ménopause à un âge pour le moins insolite et que nous déplorons. Les parents, pour faire face au coût élevé du traitement, ont eu recours au financement participatif qui, nous l’espérons, tiendra toutes ses promesses pour payer des injections de 1 200 euros chacune.

Fillette blonde, Pixabay – iha31

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *