Accueil / Actualités / Boissons énergisantes : une consommation mondiale explosive et une consommation personnelle à modérer

Boissons énergisantes : une consommation mondiale explosive et une consommation personnelle à modérer

Le congrès annuel de la Société Européenne d’Athérosclérose, qui s’est tenu à Innsbruck (Autriche) du 29 mai au 1er juin 2016 a été marqué notamment par la publication d’un document précieux issu de la Chaire Internationale sur le Risque Cardio-métabolique (ICCR) : un baromètre mondial des ventes de boissons sucrées, qui englobe les boissons gazeuses, les jus contenant du sucre ajouté, les boissons énergisantes et les boissons énergétiques (destinées surtout à une cible marketing que sont les sportifs). Si les boissons sucrées ont toujours la côte, elles épousent maintenant une courbe descendante cependant très nette en Europe. Il n’en est pas de même des boissons énergisantes qui affichent une consommation explosive, avec pléthore de dangers réels pour l’organisme -sur lesquels nous reviendrons- et la France ne déroge pas à cette règle, basée sur les données du baromètre, couvrant une période de 5 ans (2010 à 2015).

Boisson énergisante

Un état des lieux planétaire d’une consommation de boissons sucrées qui laisse encore à désirer avec un bon point pour l’Europe et notamment pour notre France

Dans les pays développés, c’est le statut quo, qui en général, prédomine, de 2010 à 2015 : les ventes prises dans leur ensemble, en ce qui concerne les boissons sucrées, à l’échelle planétaire, demeurent ainsi élevées, et les pays les plus pauvres sont également maintenant touchés par ce fléau, qu’est le sucre, dont la consommation excessive est nocive. Le Mexique arrive en tête, avec 146,5 litres par habitant, talonné par le Chili (143,8) et les États-Unis (125,9) sont à une troisième place vraiment peu reluisante. L’obésité (pour un IMC -Indice de Masse Corporelle- supérieur à 30) sévit, au-delà d’un certain seuil, aisément franchi par ce trio de tête : les Etats-Unis où 28% de la population totale précocement de plus en plus souvent, est obèse, en est un révélateur indéniable. L’Inde se situe en bas du palmarès avec 4,5 litres de boissons sucrées consommés par habitant : jugez-vous même des écarts phénoménaux entre pays.  L’Europe mérite des bravos avec des statistiques valorisantes : les ventes de boissons sucrées ont diminué dans une majeure partie de tous les pays européens, avec des exceptions à ne pas occulter (Luxembourg, Belgique, et afin de terminer la courte liste, Danemark). Ce sont les Néerlandais (93 litres par habitant), les Belges (91,4) et nos voisins d’outre-Rhin (83,8) qui cèdent le plus facilement au chant des sirènes d’un sucre addictif. Les Français font bonne figure, avec 50,9 litres par habitant et par an, soit une diminution confirmée de 2,7 litres par habitant, en 5 années.

Des boissons énergisantes en plein boom universel (consommation, ventes, etc.) qui touche quelque pays que ce soit et ce en l’espace mesuré de 5 petites années

Mais à l’échelle mondiale, la consommation de boissons énergisantes explose, et cette nouvelle donne est à intégrer dans l’ensemble des évaluations présentes ou à venir sur le sucre ajouté dans un panel de boissons s’étant -nous ne pouvons que le déplorer- donc élargi, avec comme donne mondiale, l’absence de frontière entre les pays émergents ainsi que développés. Pourquoi ne pas prendre l’exemple hexagonal pour première illustration ? Sous nos latitudes, l’ensemble des boissons énergisantes consommées a augmenté de 44% en l’espace de 5 ans ! Une tendance que l’on peut observer dans toute l’Europe, avec une formidable adhésion à ce type de produit, se déclinant sous des noms divers (Red Bull notamment dont le pays fondateur est l’Autriche qui arrive ainsi en tête avec 9,6 litres de boissons énergisantes consommées par habitant et par an). Notons pour exceptions où les boissons à base de taurine -entre autres substances suggérant de la modération- ne se sont pas imposées : l’Irlande, le Portugal et la Finlande. Pour prendre de nouveau le relais, les poursuivants les plus proches de l’Autriche sont le Royaume-Uni (8,3) et la Suisse (6,7). Le Vietnam et les États-Unis sont les deux pays qui ont enregistré la plus grande hausse de consommation de boissons énergisantes entre 2010 et 2015 (+2,5 litres par habitant). Parmi les méfaits avérés de ces boissons de très loin innocentes : elles augmentent les risques de migraines et de problèmes digestifs en cas de forte consommation.

Boisson énergisante, Pixabay

A propos Eric Françonnet

Essayez à nouveau

Poule

Rincer le poulet, une très mauvaise idée !

Il existe dans l’alimentation des produits néfastes pour la santé. L’une des viandes les plus …

Réagissez !