LOADING

Type to search

Les bouées de cou pour bébés doivent inviter les parents à la plus grande prudence

4 mois ago
Share

C’est une vague de grande ampleur qui submerge les réseaux sociaux (notamment Instagram avec de nombreuses photos) et atteste d’un produit phare de la baignade et de l’été : nous parlons des bouées de cou destinées au bébés et ayant une côte d’amour dangereuse chez les parents qui sous-estiment et même parois ignorent qu’elles mettent en danger leur progéniture. Interrogé par des médias d’outre-atlantique au milieu du mois d’août, un pédiatre de Chicago, Kyran Quinlan, s’insurgeait, avec véhémence, contre les bouées de cou, pointées du doigt comme étant des« pièges mortels potentiels »« Ces objets me font extrêmement peur et j’espère qu’ils effraient également les parents », poursuivait-il vis-à-vis de cette mode irresponsable.

Un bébé qui n'est pas emmailloté

La familiarisation avec le milieu aquatique et l’apprentissage de la baignade relèvent de la responsabilité des parents

Citée par des médias américains, Kaylë Burghma, présidente de l’Association des professeurs de natation outre-Atlantique, abonde dans le sens d’une utilisation minimaliste ou à éviter des bouées de cou qui faussent la donne concernant les prémices de la familiarisation des bébés avec l’environnement aquatique. Il convient de l’écouter avec la plus grande attention : « Cela va complètement à l’encontre de l’essence même de la natation pour bébé, fondée sur le contact humain. » Autre accusation recevable de la part du Docteur Hubinois, s’exprimant pour l’Association française de pédiatrie ambulatoire (AFPA) : une quasi-inertie des membres inférieurs comme supérieurs pourtant promise par les fabricants plus sourcilleux de leurs bénéfices juteux que du développement normal dont doit pouvoir jouir chaque enfant. Elle compare les bouées de cou à « des instruments de torture ».

La déferlante des bouées de cou concerne surtout l’Asie et l’Europe n’a pas donné son feu vert à leur commerce

L’AFPA recommande plutôt d’utiliser des « maillots flotteurs ou des bouées de type puddle jumper », pour lesquels il n’existe pas de risque de crevaison, qui est le pire risque accidentogène qui puisse arriver avec à la clé une noyade. Vous ne trouverez pas de bouées de cous en France en boutique, sauf si vous avez le réflexe internet avec une somme modique à débourser pour ce gadget. Leur pré carré est plutôt concentré sur le marché asiatique où la demande est forte. La firme Nabaiji, partenaire de Decathlon pour les accessoires de baignade, confirme que les ventes explosent mais que cette frénésie n’a pas encore envahi les lieux de baignade d’Europe qui reste un marché à séduire et conquérir. il faudra respecter les normes européennes, souvent sévères mais parfois justifiées, avec une sûreté étant renforcée. Les bouées de cou devront être plus résistantes aux crevaisons.

Un bébé qui n’est pas emmailloté, Pixabay – Profile

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *