Accueil / Actualités / Brésil : une inquiétante espèce de chauve-souris vampire prend goût au sang humain

Brésil : une inquiétante espèce de chauve-souris vampire prend goût au sang humain

Nous étions familiers du mythe, puisant ses origines en Transylvanie, concernant le célèbre comte Dracula, pouvant se transformer, ce avec facilité, en chauve-souris pour puiser, chez les êtres humains, un sang nourricier. Des chercheurs brésiliens viennent, preuves mordantes à l’appui, de nous éclairer sur un cauchemar obscur, devenu une réalité : il existe une sous-famille de chauves-souris vampires, qui sévissent, avec une hausse effrayante, en s’abreuvant de notre propre sang, pour l’instant uniquement, au sein même de ce pays-continent : le Brésil !

Chauve-souris

Les chauves-souris vampires, au nombre de trois espèces, se délectaient, jusqu’à présent, essentiellement du sang des oiseaux, mais voilà qu’elle prennent goût au sang humain

Si les chauves-souris, vivant sous des latitudes tempérées, comme en Europe, ou dans certaines régions d’Amérique du Nord, sont sans la moindre équivoque, insectivores, ce n’est pas le cas pour celles étant présentes en Amérique. En effet, il convient de souligner, qu’environ trois espèces sont hématophages : du grec hemato (« sang ») et -phage (« manger »), qui se dit d’un animal qui se nourrit de sang. Les chauves-souris « vampires », se divisent en trois groupes distincts : l’espèce commune, l’espèce à pattes velues, et l’espèce à ailes blanches. Elles sont de ce fait, aisées à discerner, bien que leur période de chasse se révèle nocturne. Mais, si le vampirisme, pratiqué par ces espèces, se focalisait sur d’autres mammifères, l’homme n’est plus hélas épargné, avec des morsures, porteuses de maladies, et qui peuvent être létales.

C’est l’espèce à pattes velues, qui est la plus hématophage des trois, suite à la présence détectée de sang humain, dans ses matières fécales : un danger présent à ne pas sous-estimer

La chauve-souris vampire (nom scientifique : Desmodus rotundus), mammifère volant, est originaire du continent américain (Argentine, Brésil, Mexique, Chili). Une équipe de trois scientifiques brésiliens vient de mettre en avant, que l’espèce à pattes velues, se révèle être également une amatrice de sang humain. Pour parvenir à une telle conclusion effrayante, ils ont analysé les substances fécales du petit animal (18 à 23 centimètres d’envergure pour un poids étant compris entre 6 et 8 grammes) et dans un échantillon sur cinq, il y avait, fait indéniable, des traces de sang humain. Ceci serait le fruit d’une évolution imposée par un écosystème en mouvement, et une richesse nutritive, plus élevée dans notre sang, que chez les oiseaux.

Chauve-souris, Wikipédia – Laura Huyet

A propos Eric Françonnet

Essayez à nouveau

Alcool

Le binge-drinking bouleverse le cerveau, même au repos, des jeunes s’y adonnant

Une hyper-alcoolisation, qualifiée de binge-drinking (dans notre langue de Molière, nous disons aussi « biture express » …

Un seul commentaire

  1. La vie s’adapte à tous les niveaux et bien plus rapidement que l’Humain ne peut le faire avec sa technologie merdique.
    Tant pis pour l’espèce humaine. Et que survivent les seuls humains protecteurs de l’essentiel : la vie.

Réagissez !