Accueil / Actualités / Café et sclérose en plaques : 4 tasses pour abaisser le risque

Café et sclérose en plaques : 4 tasses pour abaisser le risque

Le café réduit la sclérose en plaques si quatre tasses sont consommées par jour. Cette constatation a été faite à l’occasion d’une étude.

Café
Café

Le café est souvent décrié, car il aurait tendance à exciter notamment lorsque la consommation est excessive. D’autres estiment qu’il possède des bienfaits, mais il est impératif de miser dans ce cas de figure sur la modération. Une nouvelle étude a montré qu’il était intéressant pour réduire le risque de la sclérose en plaques qui est une maladie très handicapante. Cette dernière affecte le système nerveux central et les symptômes sont nombreux : troubles de la motricité, douleurs dorsales, décharge électrique…

Le café réduit la sclérose en plaques et les maladies dégénératives

Le café a également été cité comme bénéfique pour la réduction du risque de certaines maladies comme Alzheimer (maladie neurodégénérative avec perte progressive de neurones) et Parkinson (maladie neurologique dégénérative avec perte progressive de neurones). De ce fait, la caféine aurait un effet positif pour le cerveau et une consommation de 4 tasses par jour permettrait d’abaisser le risque de souffrir d’une maladie en lien avec la neurologie comme la sclérose en plaques. La consommation de café doit toutefois être modérée, car la boisson bienfaisante peut rapidement devenir néfaste, car certains spécialistes estiment que les effets sur le cœur sont négatifs.

4 tasses de café pour réduire de 1.5 le risque

En effet, lorsque certaines personnes consomment trop de café au cours de la journée, elles arrivent à perdre le sommeil à cause d’un degré d’excitation élevé. En ce qui concerne cette étude relayée par News Wise, les auteurs ont utilisé plusieurs enquêtes dans le but de déterminer le nombre de tasses intéressantes pour réduire la sclérose en plaques. Ils ont constaté que 4 tasses permettaient d’abaisser ce risque de 1.5. Pour obtenir un tel avantage, d’autres facteurs viennent se greffer, car les auteurs ont pris en compte l’âge, l’IMC (Indice de Masse Corporelle) ainsi que l’âge et les habitudes en lien avec le Soleil.

A propos Larcher Jennifer

Passionnée de nouvelles technologies, elle partagera avec plaisir et rigueur toutes les actualités intéressantes pour le lecteur.

Essayez à nouveau

Les pleurs d'un bébé

La tête plate est-elle en lien avec la crainte de la mort subite du nourrisson ?

La semaine nationale de prévention de la mort subite du nourrisson se déroule du 18 …

Réagissez !