Accueil / Actualités / Calendrier inédit : des infirmières posent nues pour défendre leur cause

Calendrier inédit : des infirmières posent nues pour défendre leur cause

Les calendriers « nus » pour l’année 2017 sont légion, avec souvent, des hommes, dont les corps bodybuildés sont l’illustration de leur virilité. Mais voilà que les femmes désirent avoir également le leur. Il s’agit en fait des infirmières de Pontoise (Val d’Oise), soutenues par le syndicat Unsa-Santé. Leur principale volonté ne repose pas sur un désir exclusif de mise en avant de leur beauté plastique. Ces infirmières, dont la nudité se rit des saisons et se dévoile au fil des mois, tirent la sonnette d’alarme sur des conditions ingrates, en ce qui concerne leur travail, pour qu’on leur prête enfin de l’attention.

Hôpital

Une mise à nu des infirmières, mais également de leurs revendications, via des mises en scènes, pour le moins percutantes, illustrant un calendrier totalement inédit

Le calendrier est en fait au service d’une métaphore filée, s’écrivant tout au long de l’année, avec des mises en scènes, qui au-delà de la nudité, fantasme érotique inapproprié, veulent montrer les moyens que l’on donne à la réalisation de leurs tâches quotidiennes. Il suffit de voir et de lire la page inaugurant le calendrier, pour comprendre la teneur du message qu’elles désirent véhiculer : cinq femmes, dos nus, portent toutes l’inscription suivante et explicite : « faut-il que l’on se mette à nu pour que vous vous intéressiez à nous ? ». Nous pouvons également évoquer une infirmière se préparant un shoot pour se doper à la caféine, signe d’un réel surmenage. « A combien de temps évaluez-vous votre vie ? » est le funeste commentaire apposé sur l’étiquette d’un cadavre. Le tout n’est pas en toc mais très choc.

Un succès qui a eu d’emblée du mordant chez nos voisins suisses et belges, et au-delà des mots, au-delà des photos, d’autres actions concrètes ont lieu dans l’espace public

Il convient de noter que la première impression de 500 exemplaires a été intégralement écoulée, avec des ventes, dépassant même le cadre de nos frontières : nous pensons à la Suisse et à la Belgique. Ce succès immédiat les encourage encore et encore dans la fervente motivation de ne plus être mutiques. L’imagination est réellement au pouvoir, et pas seulement dans leurs rêves, mais aussi dans la réalisation d’actions concrètes : ainsi des agents de Pontoise ont sauté « symboliquement » du haut d’un pont au Port-Cergy, jeudi dernier. Un communiqué sur la page Facebook du syndicat, voulait inccrire leur démarche pour « avertir les directeurs hospitaliers, les élu(e)s et notre ministre de tutelle, Marisol Touraine, que le désespoir est parfois source des solutions les plus extrêmes ».

Hôpital, Pixabay – PublicDomainArchive

A propos Eric Françonnet

Essayez à nouveau

Digestion

Cancers digestifs : les Français sont en quête d’informations

Les cancers digestifs regroupent ceux de l’œsophage, de l’estomac, du côlon, du rectum, du canal …

Réagissez !