Accueil / Actualités / Calendrier vaccinal 2017 : extension du vaccin contre le papillomavirus humain aux jeunes homosexuels

Calendrier vaccinal 2017 : extension du vaccin contre le papillomavirus humain aux jeunes homosexuels

Le nouveau calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales pour l’année 2017 a été coordonné et validé par le ministère de la Santé. Il en ressort des nouveautés avec la volonté affichée par les autorités sanitaires d’étendre le vaccin contre le papillomavirus à un public plus large : la population masculine et gay dont l’âge est de moins de 26 ans est directement concernée surtout en cas de rapports entre partenaires, bien entendu, homosexuels. La vaccination des jeunes filles, si possible avant les premiers rapports sexuels, a été introduite en France en 2007. En 2013, les nouvelles recommandations vaccinales abaissent de 14 à 11 ans l’âge de cette vaccination. Le papillomavirus humain est pris très au sérieux !

Vaccin

Le HPV (Human Papilloma Virus) est protéiforme et le cancer du col de l’utérus est une préocupation réelle chez les femmes

Spécifions d’abord qu’il n’y a pas un unique mais plusieurs variétés de papillomavirus humains (HPV) mais seuls quelques-uns possèdent un haut potentiel cancérigène. En ce qui concerne les femmes, nous nous focalisons sur la prévention des lésions cancéreuses et précancéreuses d’un redouté cancer du col de l’utérus. Actuellement, la prévention est assortie de deux volets : la vaccination (prévention primaire) prévient l’infection à HPV, responsable de lésions précancéreuses ; la FCV, que nous qualifions aussi de prévention secondaire, dépiste ces lésions en effectuant un frottis vaginal et permet de les traiter pour les endiguer.

Le cancer de l’anus sévit davantage chez les homosexuels qui sont 20 fois plus exposés à un tel fléau que les hétérosexuels

Le cancer de l’anus est sur une pente ascendante depuis maintenant trente années. Son incidence a été multipliée par 4 durant ce laps de temps, passant de 1,5 à 6 cas pour 100 000 personnes. Sa hausse est étroitement liée à celle des IST. Et il serait, d’après une information émanant de nos confrères du quotidien Le Monde, une menace qui planerait sur les homosexuels, qui seraient 20 fois plus exposés à ce cancer. L’association Aides a demandé d’avancer, idéalement, cette mesure aux adolescents. En effet, leurs préférences sexuelles, à une période aussi charnière que l’adolescence, ne sont pas encore figées.
Vaccin, Pixabay – PublicDomainPictures

A propos Eric Françonnet

Essayez à nouveau

Cancer

Etats-Unis : une maman remercie via une lettre poignante sur Facebook le personnel soignant veillant sur sa fille

Pour que le combat de sa fille, Sophie, âgée de deux ans et hélas diagnostiquée …

Réagissez !