Accueil / Actualités / Cancer du sein : le déodorant serait à pointer du doigt

Cancer du sein : le déodorant serait à pointer du doigt

Les déodorants sont au centre de toutes les attentions, déjà mis sur la sellette dans des études précédentes comme étant soupçonnés d’être à l’origine de nombreux cas de cancers du sein, une nouvelle enquête publiée dans l’international Journal of Cancer vient à nouveau confirmer ces premiers résultats inquiétants. Au cours des cinquante dernières années, le nombre de cancers du sein n’a cessé d’augmenter chez les femmes. 

Lutter contre le cancer du sein

Les déodorants sont-ils une bombe à retardement en matière de santé?

Ils font partie de la vie quotidienne, ils sont partout dans nos salles de bain, toujours plus performants, aux packagings très prometteurs, les industriels redoublent d’ingéniosité pour nous vanter leur efficacité. S’appliquer tous les matins ce genre d’anti-transpirant peut-il avoir des conséquences néfastes sur la santé ? Les chercheurs ont déclaré que les travaux réalisés sur les souris de laboratoire ont mis en évidence que 100% des animaux exposés ont développé une tumeur. Plus de 80% des cancers du sein chez les femmes se trouvent près des aisselles, les chercheurs en ont conclu que les déodorants pourraient avoir un lien direct avec la maladie. En effet, c’est à cet endroit que se trouve le réseau lymphatique qui draine la glande mammaire, des propos soulignés par un oncologue à l’origine de l’étude.

Les déodorants sont-ils responsables de cette situation ?

Les sels d’aluminium sont utilisés pour la fabrication des déodorants, ils réduisent la sécrétion de la sueur, leur effet anti-transpirant est particulièrement puissant. En traversant la barrière cutanée, ils favorisent les cancers du sein chez la femme. Selon l’AFSSAPS, plus de 18% des sels d’aluminium traversent la peau lorsque celle-ci est irritée ou qu’elle présente des petites coupures. Il est fortement conseillé d’éviter ce genre déodorants quand les aisselles ont été fraîchement épilées. Les produits biologiques sont exempts de sels d’aluminium.

Existe-t-il des alternatives aux déodorants ayant les mêmes vertus ?

On peut appliquer une crème hydratante, du bicarbonate de soude mélangé à quelques gouttes d’eau, l’application est un peu compliquée, mais le résultat est conforme à celui d’un déodorant, l’huile de noix de coco peut également faire office d’anti-transpirant, le jus de citron peut être aussi appliqué sous les aisselles. Tous ces petits trucs de sont des alternatives intéressantes et surtout ils ne présentent aucun danger pour la santé. Les sels d’aluminium ne sont pas encore interdits, mais par précaution, il est recommandé d’en éviter l’utilisation.

Lutter contre le cancer du sein, Pixabay – acousticsoul215

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

Courir

Var : un joggeur de 76 ans meurt d’une crise cardiaque en plein effort

Un homme de 76 ans, apparemment en bonne santé, a été hélas terrassé par une …

Réagissez !