Accueil / Actualités / Cancer du sein : un « effet Angelina Jolie » joue en faveur d’un dépistage gagnant

Cancer du sein : un « effet Angelina Jolie » joue en faveur d’un dépistage gagnant

Angelina Jolie a appris qu’elle avait une forte probabilité, la faute à un legs génétique de sa maman, qui en est morte, de développer un cancer du sein. Ayant enduré une double mastectomie, elle ne s’est pas cachée, et en s’adressant à toutes les femmes, a même provoqué une heureuse augmentation d’un dépistage du cancer du sein, dont le suivi ne faiblit pas, et cela pour longtemps, espérons-le…

SeinAngelina Jolie a tenu à informer, en 2013, ses nombreux fans en direct, témoignage vraiment précieux, lorsqu’elle s’est décidée à subir une éprouvante double mastectomie

Depuis que l’actrice américaine Angelina Jolie a appris, en 2013, qu’elle avait hérité de sa mère un gène, qui la prédisposerait, avec une probabilité de 87 % de contracter un cancer du sein, elle n’a aucunement baissé les bras, mais a décidé de couper court à une statistique, pour esquiver, au maximum, cette maladie, répandue redoutablement, chez la gente féminine. Angelina Jolie, a choisi pour parade préventive, une double mastectomie, à traduire avec d’autres termes, par une ablation des deux seins. Cette solution, outre son caractère traumatisant, a été préférée à tout dépistage renforcé, qui passe par une mammographie et une IRM, avec la fréquence suivante : un examen tous les ans. Une étude sous la houlette de deux chercheurs de l’Ecole de médecine de Harvard (Etats-Unis) vient confirmer qu’il y a eu un déclic, étant pour le moins conséquent, appelé « effet Angelina Jolie », auprès d’une tranche d’âge féminine, oscillant entre un faisceau de 18 à 64 ans.

L’indéniable « effet Angelina Jolie », depuis l’annonce de la star, a joué un rôle décisif dans un dépistage beaucoup plus suivi, en particulier sur les risques étant génétiques

Il semblerait qu’un « effet Angelina Jolie » ait, en effet, eu un impact, des plus bénéfiques -ce qu’il convient de souligner avec une louable bienveillance-, sur le dépistage du cancer du sein. Ce sont, en tous les cas, les conclusions émanant d’une étude bicéphale, relayée dans le British Medical Journal, et menée par Sunita Desai et Anupam Jeni, deux chercheurs travaillant au sein de la prestigieuse Harvard Medical School., Selon eux, la sincérité d’Angelina Jolie, érigée au rang de star courage, qui avait d’emblée avoué, au grand public, via une tribune dans le New Tork Times, sa double mastectomie, a eu un effet boule de neige, avec une nette augmentation du nombre de dépistages pour les mutations BRCA1 et BRCA2 (ces deux gènes qui sont des détonateurs du cancer du sein) : +64% dans la quinzaine immédiate de l’annonce d’Angelina Jolie. 6 mois plus tard, le suivi accru n’avait pas faibli et les femmes étaient encore 37% de plus à se faire dépister par rapport aux mois précédant les saines révélations.

Sein Rose, Pixabay

A propos Eric Françonnet

Essayez à nouveau

Seniors

Canada : unis par le mariage depuis 75 ans, ils s’éteignent à quelques heures d’intervalle

C’est une histoire d’amour, inaugurée durant la Seconde Guerre mondiale, qui aura duré pas moins …

Réagissez !