LOADING

Type to search

Cancer : les traitements alternatifs ne seraient pas aussi intéressants

3 mois ago
Share

Il existe plusieurs types de traitements alternatifs, les pharmacologiques, l’acupuncture, la phytothérapie, la naturothérapie. Les chiffres l’attestent, plus d’un tiers de la population française a recours à ce genre de médecine parallèle, le but est de préserver leur capital santé. Selon les pays, elles sont plus ou moins répandues, contrôlées, elles peuvent dans certaines conditions avoir un rôle préventif. Elles se développent en complément de la médecine traditionnelle. Les possibles dérives existent, elles mettent en grand danger les personnes les plus vulnérables, il convient donc de rester prudent vis-à-vis des soins alternatifs.

Cancer

L’usage de ces médecines douces, alternatives est particulièrement réglementé en France

Comment reconnaître un charlatan d’un vrai thérapeute compétent ? La promesse d’une guérison miraculeuse ainsi qu’un vocabulaire type lunaire, cosmos, énergie doivent être systématiquement éloignés. Selon l’OMS, il existe des résultats qui mettent en évidence les bienfaits de l’acupuncture, des médecines manuelles, des plantes médicinales dans le traitement des maladies chroniques ou bénignes. Pour exercer dans le domaine de la médecine alternative, il n’existe que très peu de diplômes, de formations officielles reconnues. Ce genre de soins peuvent être utilisés en soutien de la médecine traditionnelle. Dans certains pays, ces médecines douces sont interdites, elles sont tolérées en France cependant les frais restent le plus souvent à la charge du patient, elles ne sont pas remboursées par la sécurité sociale. En France, seules l’homéopathie, l’acupuncture sont reconnues légalement par l’académie de médecine.

L’homéopathie séduit de nombreux patients, car il n’existe pas d’effets secondaires

Selon une nouvelle étude américaine, le recours exclusif aux médecines dites douces au détriment des traitements classiques aurait un impact négatif sur la survie des cancers. Afin de démontrer leur déclaration, les chercheurs ont comparé le comportement de plus de 560 malades traités de manière conventionnelle, de 230 patients sans métastases ayant opté pour les médecines alternatives, le risque de décès a été multiplié par 2,5 pour le cancer du sein, de 5,68 pour le cancer colorectal, doublé pour celui des poumons. Cette étude alerte sur les dangers de recourir uniquement à ce genre de soins pour autant, cela ne signifie pas qu’ils sont inutiles, inefficaces. Plus de 3 Français sur 4 estiment que les traitements traditionnels pour soigner le cancer doivent s’accompagner de soins complémentaires comme le sport. Associée à des séances de chimiothérapie, la médecine alternative peut considérablement améliorer l’état du malade. Il faut se montrer raisonnable, l’avis de vrais professionnels de santé doit être requis dans ce genre de situation.

Cancer, Pixabay – PDPics

1 Comments

  1. Sceptom 26 septembre 2017

    La tendance journalistique à toujours vouloir trouver un juste milieu peut devenir un véritable problème quand il s’agit de questions scientifiques. Il n’y a pas de « juste milieu » en sciences. On établit une hypothèse, on la teste, et on adapte les idées selon les résultats obtenus. Les médecines alternatives n’ont pas fait la preuve de leur efficacité; si c’était le cas, elles deviendraient des médecines conventionnelles. L’homéopathie n’a pas d’effet secondaire parce qu’elle n’a pas d’effet du tout.
    La popularité de ces approches n’est en rien une preuve en faveur de leur efficacité. Il serait temps de s’aligner pour de bon sur les résultats scientifiques.

    Répondre

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *