Accueil / Actualités / Cannabis : la skunk interpelle à cause de sa nocivité

Cannabis : la skunk interpelle à cause de sa nocivité

Le cannabis et surtout la Skunk sont au cœur d’une polémique, car le pouvoir nocif serait très élevé pour cette variété.

Cannabis
Cannabis

Le cannabis est régulièrement au cœur des débats : légalisation mondiale ou en France, avantages ou inconvénients par rapport aux maladies, commercialisation d’un e-joint… Les sujets pour cette drogue sont donc multiples, mais cette fois des chercheurs se sont penchés sur une variété très puissante baptisée Skunk. Elle a fait son apparition aux États-Unis dans les années 70 et un certain succès a été référencé à cause de sa concentration très forte en THC. Pour obtenir le croisement original, certains ont mélangé 75 % de Sativa ainsi que 25 % d’Indica.

La Skunk est une variété du Cannabis très inquiétante

Cette variété de Cannabis a également donné naissance à la Super Skunk qui est donc issue de plusieurs croisements. Ces derniers sont obtenus à l’aide de diverses recettes composées de nombreuses variétés de la Skunk. Les scientifiques ont souhaité interpeller les consommateurs et ceux qui seraient éventuellement attirés par ce produit. Dans la revue The Lancet, ils ont publié les conclusions de leur enquête et ils précisent que cette variété est nocive. En effet, elle peut être à l’origine de troubles mentaux qualifiés de graves par les auteurs de l’étude réalisée pendant six ans.

Cette variété du Cannabis, la Skunk à l’origine de psychose

L’un des auteurs de cette enquête sur cette variété du cannabis a révélé que la fréquence d’utilisation n’était pas le seul élément à prendre en compte en matière de nocivité. En effet, le taux en THC est également important et la Skunk est en mesure d’augmenter considérablement le risque de psychose. Les scientifiques ont souhaité insister sur le fait qu’une consommation intensive ou occasionnelle était néfaste et le risque est présent même s’il est réduit dans la seconde configuration. Ils ont enfin constaté que sur le lieu de l’étude à savoir le sud de Londres, 24 % des psychoses étaient expliquées par une consommation de la Skunk.

A propos Vanessa Godet

Une auteure spécialisée dans le domaine sportif, la minceur ainsi que la sexualité. Elle partagera ses trucs et astuces pour optimiser le quotidien.

Essayez à nouveau

Des cacahuètes

Allergie à l’arachide : des chercheurs australiens sur la voie d’une tolérance élevée et pérenne

Les arachides sont au deuxième rang des allergies alimentaires en France après l’allergie à l’oeuf. Risquent-t-elles …

Réagissez !