Accueil / Actualités / La charcuterie aggraverait les symptômes de l’asthme

La charcuterie aggraverait les symptômes de l’asthme

En France, la tradition charcutière est très présente, ces produits sont pourtant considérés comme potentiellement dangereux pour la santé si la consommation est trop excessive. La pratique remonte à des temps anciens où le salage et le fumage étaient une manière de conserver la viande en l’absence de réfrigérateur. Aujourd’hui, elle s’invite facilement dans les repas de tous les jours, lors des repas en plein air. La charcuterie française se distingue par une grande variété, la pâtés, les jambons, les rillettes, les saucissons, tous ces produits apportent plus de 40% d’acides gras saturés, la plupart des charcuteries sont grasses, c’est pourquoi sa consommation doit être limitée si l’on surveille son taux de cholestérol. Aujourd’hui, selon une nouvelle étude, elle aggraverait les symptômes de l’asthme.

La charcuterie

Des charcuteries sont très salées, pleines d’addictifs et de conservateurs

Celles vendues à moindre coût sont plus concernées par ce genre de produits, certaines à contrario veulent garder la façon ancestrale de fabrication, elles sont cuisinées selon les règles de l’art, leurs ingrédients sont soigneusement sélectionnés. Les charcuteries sont classées cancérogènes par l’organisation mondiale de la santé, consommer ces aliments participerait à un risque accru de BPCO (bronchopneumonie chronique obstructive), désignée principalement comme étant la maladie du fumeur.

Une étude de l’INSERM vient de démontrer à nouveau que les charcuteries auraient des effets nocifs chez les asthmatiques

Les chercheurs ont suivi plus de 1000 participants durant une période de plus de sept ans âgés d’environ 43 ans. Les résultats ont été publiés dans Thorax, plus de 20% des volontaires se sont plaints de souffrir davantage de problèmes respiratoires, d’essoufflements. Les scientifiques ont imputé cette situation à une consommation trop importante de charcuterie, plus de quatre fois par semaine. Les teneurs en nitrites sont élevés, c’est un addictif qui entraîne une inflammation des voies respiratoires. Encore une bonne raison de limiter sa consommation de charcuterie.

En octobre, le centre cancer de l’organisation mondiale de la santé avait déjà classé la viande transformée comme étant potentiellement cancérogène pour l’homme. Les nitrites sont à nouveau pointés du doigt, ils sont utilisés par les industriels pour faciliter la conservation de la charcuterie tout en lui donnant une jolie couleur rose, cela n’a en fait rien de naturel. Pour allécher les consommateurs, les industriels ont donc trouvé une parade, le sel nitrité. Il y a un problème, car ce produit alimentaire est dans le viseur des politiques de santé publique.

Le message de l’INSERM rejoint celui de l’ANSES qui recommande de ne pas dépasser les 25 grammes par jour de charcuterie, 70 grammes de viande. La responsable de l’étude tient à souligner qu’il faudrait mettre en place des messages de santé publique visant à limiter la consommation de charcuterie.

La charcuterie, Pixabay – Ben_Kerckx

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

Forêt

Une Américaine de 26 ans perdue dans les bois en Alabama aux Etats-Unis a réussi à survivre

Après plusieurs semaines d’errance, cette jeune femme s’était égarée dans une zone qui lui était …

Réagissez !