LOADING

Type to search

Charente-Maritime : à 12 ans, elle décède après l’EPS

3 années ago
Share

En Charente-Maritime, une collégienne âgée de 12 ans est décédée alors qu’elle venait de participer à un cours d’EPS.

Pompier (Photo d'illustration)

Pompier (Photo d’illustration)

Un drame s’est produit en Charente-Maritime et pour l’instant les circonstances du décès demeurent inconnues. La gendarmerie est donc mobilisée pour tenter de déterminer les causes de cette mort survenue brutalement en fin de matinée jeudi dernier. Les collégiens ainsi que le personnel sont invités à participer à une cellule de soutien et d’écoute qui a été mise en place à la suite de ce tragique décès. Selon les premières investigations, la jeune fille âgée de 12 ans participait à un cours d’EPS (Éducation Physique et Sportive) dans le cadre de sa scolarité.

En Charente-Maritime, un décès après l’EPS

La collégienne était donc dans le gymnase du collège de la Trézence en Charente-Maritime à Loulay lorsque le drame a eu lieu. Pour une raison inconnue, la jeune fille s’est écroulée dans les vestiaires après ce cours selon une information de Sud-Ouest. Les pompiers venus sur place ont tenté de la réanimer en vain puisqu’elle est décédée. Les gendarmes devront donc déterminer les causes et au vu des premiers éléments de l’enquête, cette jeune fille de 12 ans ne souffrait pas de problèmes cardiaques. En ce qui concerne sa scolarisation, aucun fait anormal n’avait été référencé.

Le corps de la collégienne rendu à ses proches

La jeune fille était donc scolarisée dans ce collège qui accueille 200 élèves. Ces derniers proviennent des environs de Loulay qui rassemble 800 habitants et qui se situe au nord de Saint-Jean-d’Angély. Aucune information supplémentaire n’a été partagée, mais le journal a précisé que le corps de la collégienne avait été rendu à sa famille. En parallèle, les services de l’Éducation nationale de Charente-Maritime ainsi que le recteur de l’académie se sont rendus dans cet établissement où les élèves et le personnel sont sous le choc après ce drame.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *