Accueil / Actualités / Chasse au loup : la France pourrait renforcer l’abattage

Chasse au loup : la France pourrait renforcer l’abattage

La chasse au loup devrait être optimisée, malheureusement pour l’année 2016. La France aurait l’intention d’accroître le nombre d’animaux abattus. Les associations de défense ont déjà manifesté leur colère.

Des manifestations ont eu lieu en France, car les défenseurs des animaux ne sont pas comblés par les nouvelles mesures mises en place par la France. Il faut noter que la chasse au loup est autorisée dans notre pays sous conditions, car c’est l’État qui fixe un plafond. Elle a été engagée, car des éleveurs se plaignent de ces animaux qui semblent décimer des troupeaux. Le gouvernement devait également procéder à un changement de statut selon la promesse de Ségolène Royal.

En 2015/2016, 36 loups pourraient être tués

La ministre de l’Écologie spécifiait l’année dernière que cette espèce reconnue comme protégée pourrait être revue. Selon un article d’EurActiv, l’État aurait décidé de relever le plafond, la chasse au loup en 2016 pourrait donc être favorisée. Des chiffres assez alarmants pour les défenseurs des animaux sont relayées et ils mentionnent un plafond de 24 au cours de l’année 2014. À cette époque, 18 loups avaient donc perdu la vie dans des conditions apparemment légales. Toutefois, pour 2015/2016, la situation aurait évolué, car le plafond aurait été relevé à 36.

La chasse au loup devrait favoriser le déclin de cette espèce

Cette augmentation n’est pas négligeable et elle est surtout alarmante notamment lorsque l’on sait que cette espèce a subi par le passé un important déclin. Cela était expliqué par la pression établie par les éleveurs, mais nombreux sont les internautes qui crient au scandale sur les réseaux sociaux et les forums. En effet, certains dénoncent les pratiques des éleveurs qui ne garderaient pas les bêtes enfermées dans un véritable enclos. De plus, il est important de rappeler qu’il y a toujours eu des loups par le passé et les ancêtres réussissaient très bien à les élever.

Loup, Pixabay – diapicard

A propos Vanessa Godet

Une auteure spécialisée dans le domaine sportif, la minceur ainsi que la sexualité. Elle partagera ses trucs et astuces pour optimiser le quotidien.

Essayez à nouveau

Alcool

Le binge-drinking bouleverse le cerveau, même au repos, des jeunes s’y adonnant

Une hyper-alcoolisation, qualifiée de binge-drinking (dans notre langue de Molière, nous disons aussi « biture express » …

2 commentaires

  1. Près de 10000 animaux d’élevages massacrés dans des circonstances épouvantables, et il y en a encore à pleurnicher après la perte d’une trentaine de loups …

    Beaucoup de régions françaises, beaucoup de pays vivent depuis bien longtemps sans ces prédateurs, et n’ont vraiment pas l’air de s’en plaindre.

    Nos Coopératives manquent d’agneaux et d’éleveurs pour les produire, malgré une concurrence déloyale de pays sans loups comme la Nouvelle Zélande, Australie, Grande Bretagne …

    Tous les élevages pâturant en plein-air et leurs labels de qualité (Rouge, Bio, etc …sont désormais concernés chèvres, vaches, chevaux, volailles du sud Ouest, contrairement bien sûr aux élevages industriels concentrationnaires,

    Les loups s’étendent dans les plaines de Haute Marne, de la Meuse et parmi les Causses où ils atteindront sans tarder les 1000 producteurs laitiers de Roquefort dont le cahier des charges impose le pâturage.

    L’Italie comme l’Espagne payent un lourd tribu, il n’y a qu’à voir cette récente  » Interview d’un directeur de fromagerie italienne  » sur https://youtu.be/k4ejW7qjMO4 8 Minutes.

    Dois je rappeler ici que l’on découvre chaque année en Italie entre 80 et 100 loups braconnés chaque année, dont l’un des derniers pour Noël ?  » Un lupo come regalo di natale  » http://faxonline.it/putignano/cronaca/12383-un-lupo-morto-come-regalo-di-natale

    Il est totalement illusoire que l’on puisse se satisfaire plus longtemps de cette situation dans notre pays, sans sacrifier la qualité de notre alimentation.

    • Avant de parler qualité de l’alimentation, commencez plutôt à songer respect du vivant, à commencer par les animaux « élevés » par votre filière …
      La nature et ses règnes ne vous appartiennent en rien, les subventions et autres enveloppes de complaisance coûtant par ailleurs très chers au reste de la population !
      Pleurer ça vous savez le faire …
      Moi je pleure sur les conditions de production de l’agriculture qui se dit moderne et sur la barbarie déployée !

Réagissez !