Accueil / Actualités / La chimère troll, espèce abyssale de squale, filmée pour la première fois

La chimère troll, espèce abyssale de squale, filmée pour la première fois

La chimère troll, ou encore requin fantôme, est une espèce rare de squale, habituée à errer dans des profondeurs loin d’être aisément accessibles, car abyssales. Pourtant elle a pu être observée, et plus encore filmée, par l’homme, par un heureux hasard. Vidéo à venir.

Requin fantôme

La chimère troll est pour la première fois filmée dans l’Hémisphère Nord car elle « hante » habituellement davantage l’Océanie

C’est une surprise autant inédite qu’insolite, qui ne manquera pas de vous étonner, à n’en point douter. Une « chimère troll », ou en termes latins sibyllins, mais propres à la distinction nécessaire, dans le but de répertorier toutes les espèces, hydrolagus trolli, a été filmée non loin des côtés d’Hawaï et de Californie, à une profondeur étant pour le moins abyssale, de 2 000 mètres. Cette prouesse est du ressort de l’Institut de recherche de l’aquarium de Monterey Bay (localisé aux Etats-Unis, et plus précisément en Californie) et a été relayée par le magazine de référence National Geographic (édition américaine).

La chimère troll a des caractéristiques biologiques qui lui sont propres et qu’elle ne partage avec aucune autre espèce de requin

Cette espèce appartient à la famille des »requins fantômes ». Il s’agit en fait d’un lointain cousin des squales et des raies, qui a peu à peu évolué, en s’en démarquant, il y a 300 à 400 millions d’années. Il a pour lieu de vie de prédilection les abysses océaniques. Notons que c’est la première fois qu’un tel spécimen est aperçu dans les eaux de l’hémisphère Nord, alors qu’il vit, de façon coutumière, en Océanie, tout près de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande. Ce requin arbore une mâchoire faite de plaques dentaires, et non de dents acérées. Il est aussi doté d’un pénis rétractable curieusement situé sur sa tête.

Requin fantôme, Capture d'écran YouTube

A propos Eric Françonnet

Essayez à nouveau

Soleil

L’allergie au soleil ou lucite estivale est plus fréquente qu’on ne le croit

Cette manifestation cutanée touche autant à la plage l’été que sur les pistes de ski …

Réagissez !