Accueil / Actualités / Corse : les clémentines et les vignes ciblées par une terrible bactérie

Corse : les clémentines et les vignes ciblées par une terrible bactérie

En Corse, les clémentines ainsi que les vignes sont menacés à cause d’une bactérie tueuse qui fait des ravages sur les exploitations.

Photo d'illustration des clémentines

Les clémentines de Corse juteuses et sucrées sont menacées par une bactérie tueuse de végétaux, elle provoque la mort des plants. Les cultivateurs de ces fruits présents au salon de l’Agriculture de Paris se sont mobilisés pour se faire entendre et demander le soutien de l’Europe. Cette attaque d’insectes piqueurs/suceurs avait déjà commis d’énormes dégâts dans les oliveraies du sud de la Corse. Selon le ministère de l’Agriculture, cette bactérie met plusieurs mois pour se déclarer, elle infecte le plant, l’arbre et tout le voisinage. Elle est responsable de l’anéantissement des plantes, elle est transmise par des insectes comme la cicadelle. En 2014, elle avait été responsable de la destruction de 30 000 hectares.

La Corse est inquiète pour ses clémentines

Le président de l’office du développement agricole et rural de Corse, Jean-Luc Luciani présent au salon de l’Agriculture s’est dit très inquiet pour les clémentines et les vignes, selon lui la propagation est très fulgurante et cette bactérie n’a pas trouvé de prédateur. Il voudrait que la circulation des marchandises soit plus contrôlée, car elles sont trop confinées, ce qui favorise la prolifération des bactéries tueuses. Le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll présent à Ajaccio début février a promis qu’il voulait imposer de nouvelles mesures impliquant des moyens plus stricts pour les marchandises venant d’Italie.

Des clémentines en Corse visées par une terrible bactérie

Cette bactérie peut se nicher partout comme par exemple dans la boue. Les responsables des cultures pensent qu’il faudrait stopper la maladie en Italie avec des moyens très performants et que les marchandises n’atteignent surtout plus la Corse. Les habitants avaient sauvé les châtaigneraies ces dernières années de l’Île de Beauté en voie de disparition grâce à l’introduction du Torymus microguêpe utilisé dans la lutte biologique de la maladie du châtaigner.

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

Chirurgie

Compresses dans le ventre pendant 9 ans, une patiente surprend la toile

Une patiente a découvert lors d’examens médicaux que dans son ventre se trouvaient deux compresses …

Réagissez !