Accueil / Actualités / La Croix Rouge met en garde, la précarité est en augmentation chez les jeunes

La Croix Rouge met en garde, la précarité est en augmentation chez les jeunes

Selon le dernier rapport de cette association, la santé des jeunes se dégrade en France. La cause, un taux d’activité faible, un alcoolisme de plus en plus précoce et une précarité financière sont des facteurs aggravants. Face à ce constat pessimiste, la Croix Rouge avance plusieurs propositions afin d’améliorer la situation. La mise en place d’un revenu minimum garanti comme préconise l’ONG serait peut être une des initiatives à envisager dès l’âge de 16 ans. 

Précarité

Le pacte de santé 2017 publié par la Croix Rouge Française met en évidence que plus de 55% des jeunes ont déjà renoncé à des soins faute de moyen financier

La précarité reste un sujet très préoccupant chez les jeunes dans notre société puisqu’elle se répercute sur leur santé. Etre jeune à notre époque n’est pas toujours évident, en effet, la question financière est bien souvent un point sensible. Vais-je pouvoir payer mon loyer, mes factures, aurais-je assez d’argent pour manger ? Toutes ces interrogations, de nombreux jeunes se les posent quotidiennement, quant aux soins de santé, les étudiants sont obligés d’établir des priorités dans leurs dépenses, le dentiste, le médecin passent en dernière position. L’alimentation est également un problème récurent, la malbouffe concerne de nombreux jeunes, souvent aussi adeptes du grignotage, ils font l’impasse sur les fruits, les légumes. Le stress, le manque de sommeil, les études, les examens, le travail par intermittence, le relationnel ont tendance à perturber leur vie quotidienne.

Les jeunes sont conscients de leur précarité, leur santé moyenne, des abus, des expérimentations pas toujours judicieuses

Le dernier rapport de la Croix Rouge tire la sonnette d’alarme en ce qui concerne la santé, la précarité, la consommation d’alcool, de tabac chez les jeunes. Dans ce baromètre, on apprend qu’en 2017, un enfant sur cinq vit dans une situation d’intégration sociale précaire, plus de 55% des jeunes auraient déjà renoncé à des soins de santé faute de budget. Plus de 27,2% des jeunes de plus de 25 ans estiment que leur état de santé est moyen, 9,2% mauvais voire très mauvais. Le rapport montre également un problème inquiétant, plus de 13.000 étudiants qui vivent à Paris sautent 4 à 6 repas par semaine, ils n’ont pas assez d’argent pour se nourrir correctement. Toujours selon ce rapport, la première ivresse se situe vers 15,2 ans. Quant à la consommation de tabac, elle diminue un peu. Une grande majorité d’étudiants ne disposent une fois les factures payées que de 85 euros à diviser sur 30 jours pour se nourrir, se vêtir. Une prise de conscience est urgente.

Précarité, Pixabay – SJJP

A propos Vanessa Godet

Une auteure spécialisée dans le domaine sportif, la minceur ainsi que la sexualité. Elle partagera ses trucs et astuces pour optimiser le quotidien.

Essayez à nouveau

Une bactérie

Madagascar : l’épidémie de peste ne cesse de progresser avec désormais 80 morts à déplorer

La peste (essentiellement pulmonaire) se propage d’une façon épidémique particulièrement fulgurante à Madagascar ; le …

Réagissez !