LOADING

Type to search

De nouvelles pistes pour venir à bout des TOCs

1 année ago
Share

Les troubles obsessionnels compulsifs se caractérisent par des pensées envahissantes qui génèrent les angoisses, c’est alors que survient le besoin de réaliser des gestes répétitifs inutiles, mais essentiels pour le patient. Les personnes qui en souffrent sont conscientes de leurs obsessions anormales, mais ils n’arrivent pas à se contrôler. Les rituels mis en place permettent alors de faire diminuer les angoisses. Des chercheurs lyonnais viennent de publier les résultats d’une étude qui concerne les mécanismes responsables des TOCs, ils pourraient avoir enfin trouvé le fin mot de l’histoire.

Un enfant

Une répétition sans cesse de tous les gestes

Les personnes qui sont atteintes de TOCs sont confrontées tous les jours à des situations complexes, vérification exagérée d’une porte fermée, lumière éteinte ou non avant de quitter une pièce, lavage effréné des mains sans trop savoir la raison… Tous ces gestes répétitifs qui empoisonnent la vie sont malheureusement le quotidien des patients souffrant de TOCs. Les chercheurs ont voulu comprendre pourquoi les circuits du cerveau répétaient sans cesse ces gestes inutiles. L’équipe française semble avoir trouvé le responsable, le cortex cingulaire. Des tests ont été effectués sur des macaques.

Les TOCs transforment le quotidien en cauchemar

Aux États-Unis, les médecins soignent déjà les personnes atteintes de troubles compulsifs du comportement en détruisant certaines parties du cortex cingulaire avec des électrodes. Cette technique reste efficace que sur 30 à 40% des patients. Un nouveau projet va être mis en place sur des volontaires humains, les résultats ne seront connus que dès 2017. Si les données se confirment, cela pourrait avoir un impact certain sur les traitements à venir, sur la prise en charge des TOCs tout en sachant mieux réguler l’activité du cortex cingulaire.

Les TOCs sont épuisants pour tous ceux qui en souffrent, mais également pour l’entourage qui ne comprend pas toujours cet acharnement à faire, à refaire l’absurdité des gestes du quotidien. Le TOC est une maladie non une tare, il faut se faire soigner, ne pas avoir honte, ne pas se cacher.

Un enfant, Flickr

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *