Accueil / Actualités / Déploiement d’une campagne de vaccination contre la méningite dans le Beaujolais

Déploiement d’une campagne de vaccination contre la méningite dans le Beaujolais

En l’espace de quatre mois, plusieurs personnes ont été atteintes par le méningocoque B, deux adolescents de 17 ans et deux petites filles d’une école maternelle. L’agence régionale de santé Auvergne Rhône Alpes vient de mettre en place une campagne de vaccination contre la méningite, plusieurs écoles et centres de la région du Beaujolais sont concernés.

Un état grave pour un cas de méningite

Trois personnes sont actuellement guéries, une seule fillette est toujours dans un état grave, mais son pronostic vital n’est pourtant pas engagé. La campagne de vaccination devrait se terminer avant la fin de cet été, la date exacte reste pour l’instant inconnue. La méningite est une inflammation des méninges qui est causée par un virus, mais également par une bactérie et cette dernière est la forme la plus grave, un traitement est à mettre en place le plus rapidement possible. La maladie se transmet par un contact prolongé avec la personne qui est infectée, la bactérie est véhiculée par la salive et les sécrétions de la gorge.

Des séquelles neurologiques sont à prévoir dans certaines situations

On peut contracter la maladie en embrassant la personne malade sur la bouche ou en partageant les objets en commun. L’hospitalisation doit être immédiate ainsi qu’un traitement d’antibiotiques, plus celui-ci tarde, plus les séquelles peuvent s’installer, problème de vision, d’audition, 20% des nourrissons qui contractent la méningite garderaient des séquelles neurologiques permanentes.

L’importance de stopper au plus vite cette souche

Plus de 4330 personnes âgées entre deux mois et 24 ans sont concernées par cette campagne de vaccination dans le département du Beaujolais, en effet au delà de cet âge le vaccin reste inefficace. Il est important de suivre les recommandations de l’agence régionale et de se faire vacciner contre la méningite, ce n’est pas obligatoire, mais fortement conseillé. Cette campagne de vaccination est gratuite. Un médecin dans le journal Lyon Mag a souligné que cette souche de méningocoque B était rare et donc il est primordial de la stopper rapidement.

Vaccin, Pixabay – PublicDomainPictures

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

Médecine

L’incontinence urinaire touche plus de 2,6 millions de femmes de plus de 65 ans

Les femmes sont plus touchées que les hommes par les fuites urinaires. Cette inégalité s’explique …

Réagissez !