Déraillement de Brétigny : des révélations fustigent la SNCF

La cause du déraillement de Brétigny est désormais connue puisque la SNCF est pointée du doigt par le rapport des experts.

Déraillement de Brétigny
[/media-credit] Déraillement de Brétigny
Le 25 juin dernier, des experts ont rendu leurs conclusions concernant le déraillement de Brétigny. L’étude des rails a permis d’évincer la thèse d’un acte de malveillance. Par conséquent, ce terrible drame n’a pas été causé par une tierce personne qui aurait volontairement souhaité le déraillement. Toutefois, le fait divers est causé selon les experts par un délabrement qualifié de jamais vu. Lors de l’enquête, ils ont eu l’opportunité d’identifier près de 200 anomalies. Par conséquent, lorsque l’assemblage a cédé lors du passage du train de la SNCF, le déraillement a été provoqué par une désagrégation complète qui s’est étalée sur plusieurs mois.

Un défaut de maintenance à l’origine du déraillement

Pour rappel, le déraillement de Brétigny s’est produit le 12 juillet 2013. À l’époque, sept personnes ont trouvé la mort et une trentaine de blessés avaient été référencés. Selon cette information du Figaro, le train était équipé de 7 wagons et 385 voyageurs étaient transportés à l’époque. Au moment où il a passé la pièce défectueuse, les passagers ont ressenti un choc, ce qui a causé le déraillement puis la séparation du train en deux parties.

resultat_officiels_du_bac

Le déraillement de Brétigny causé par un délabrement

Les experts ont également précisé dans leurs conclusions selon le journal que la SNCF connaissait la plupart des anomalies répertoriées. Le drame s’est donc produit, car « l’armement a péri par fatigue, vibrations, battement, défauts de serrage, usure… Tous dommages relevant de la qualité de la maintenance ». Il faut noter que la portion où l’accident a eu lieu, la vitesse maximum est de 150 km/h. L’allure du train n’était donc pas en cause puisqu’il roulait à 137 km/h, mais les experts recommandent à la SNCF d’abaisser la vitesse à 100 km/h au vu de l’état du réseau.

Partagez notre article !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur skype
Skype
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email

Continuez la lecture !