Accueil / Actualités / Des éléments mystérieux du café seraient bénéfiques contre des pathologies délétères

Des éléments mystérieux du café seraient bénéfiques contre des pathologies délétères

Le café est pourvoyeur de vertus innombrables si l’on se fie à des études s’étant multipliées ces derniers mois. Il est encensé par les scientifiques et toujours associé à nos rites quotidiens. Ainsi il aurait des effets bienvenus pour contrecarrer des pathologies comme la sclérose en plaques, le cancer colo-rectal ou booster la libido masculine en réduisant les troubles de l’érection. L’étude américaine, dont nous allons vous faire part, publiée le lundi 16 novembre 2015, met en exergue qu’une consommation de café (attention à l’overdose bien sûr : place à la modération) aurait une pléthore d’arsenaux à nous offrir contre les maladies cardiovasculaires, de diabète de type-2, neurologiques et plus incroyable la survenue des idées suicidaires et le passage à l’acte.

Une étude poussée qui a accouché de divines surprises concernant des pathologies graves

L’étude est le fruit vertueux de l’école de santé publique de la prestigieuse université d’Harvard (située à Boston aux Etats-Unis). Elle a été réalisée de la sorte : les cobayes surnuméraires ne sont pas moins de 300 000 (c’est le chiffre énorme qui tombe juste) qui sont tous des professionnels de la santé. L’étude aura duré 30 ans avec 3 sondages pour évaluer sur le long terme leur propre consommation de café (elle ne leur a pas été imposée) en corrélation étroite avec leur état de santé pour en mesurer les conséquences collant à la réalité.

Les résultats de cette étude démontrent que les personnes qui consomment entre 3 et 5 cafés par jour auraient moins de risque de mourir prématurément de la cohorte de maladies graves que nous vous avons dévoilé dans notre introduction. Si vous craignez pour votre sommeil, les scientifiques sont sûrs d’une chose : la caféine n’a aucune influence sur ces bénéfices élogieux pour la santé. La plus grande surprise est que le café aurait également un bon impact sur le moral avec un taux de suicide moindre que ceux l’esquivant.

Une étude à éclaircir car ce n’est pas la caféine qui est la cause de ces effets bénéfiques

L’étude est à prendre avec précaution et mériterait d’être approfondie (de l’avis même de ses auteurs). La raison précise de cette efficacité supposée du café est des plus sibyllines. « Des composés bioactifs dans le café réduisent la résistance à l’insuline et les inflammations », a précisé le doctorant en nutrition Ming Ding, principal auteur de l’étude. « Cela pourrait expliquer certaines de nos découvertes, mais plus d’études sont nécessaires pour enquêter sur les mécanismes biologiques qui produisent de tels effets » explique-t-il.

« Une consommation régulière de café peut être incluse dans un régime alimentaire équilibré et sain », indique Frank Hu, co-auteur et professeur de nutrition et d’épidémiologie à Harvard. « Toutefois, certaines populations comme les femmes enceintes et les enfants doivent faire attention à leur consommation de caféine ». Bref continuez à savourer votre quota habituel ou idéal de 3 à 5 cafés quotidiens : vous aurez tout à y gagner mais regardez l’heure à laquelle vous le savourez (en somme évitez-le pour l’apéro du soir : cela est évident).

A propos Eric Françonnet

Essayez à nouveau

Chauve-souris

Drôme : une chauve-souris diagnostiquée comme atteinte de la rage

Le denier cas humain de la rage, en France, plus particulièrement en Guyane, remonte à …

Réagissez !