Accueil / Actualités / E-cigarette : aux goûts très variés, elle inciterait les jeunes à fumer davantage

E-cigarette : aux goûts très variés, elle inciterait les jeunes à fumer davantage

l’e-cigarette serait une porte d’entrée qui faciliterait le tabagisme chez les plus jeunes. Elle est considérée comme ludique, aux parfums très innovants, certains enfants pourraient voire en ce vapotage une façon de déculpabiliser l’action de fumer et ainsi en oublier l’effet de dangerosité.

E-cigarette
E-cigarette / Crédit Photo : Pixabay – Horwin

Une étude a été menée sur plusieurs jeunes, 2530 collégiens, tous habitent Los Angeles en Californie et les résultats sont sans équivoque, l’e-cigarette inciterait la jeunesse à franchir le pas. Les participants âgés de quatorze ans quand l’étude a débuté en 2013 n’avaient jamais fumé pour la plupart de cigarettes et parmi eux déjà 222 vapotaient. L’année suivante ceux qui fumaient via l’e-cigarette ont déclaré avoir essayé la cigarette traditionnelle, ce qui représente un pourcentage de 25%, ces résultats pourraient démontrer que le vapotage serait responsable d’initiation au tabagisme. Il faudra sans doute d’autres études de ce genre pour que des conclusions plus pointues soient déterminées avec précision.

Les mineurs négligent la dangerosité de l’e-cigarette

Les chercheurs condamnent les campagnes de publicité qui montrent le vapotage comme un moyen inoffensif de fumer, l’e-cigarette plus ludique dont les parfums toujours plus attractifs attire facilement les jeunes, ils sont tentés par ce mode de fumer tout en pensant que le vapotage n’est pas aussi dangereux pour la santé que la cigarette traditionnelle pleine de nicotine. Les auteurs de cette étude dénoncent également l’absence de réglementation autour de l’e-cigarette et tout particulièrement envers les mineurs.

L’e-cigarette reste dangereuse pour la santé

Un rapport a été publié en avril dernier par les centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) et les résultats sont que la cigarette électronique a triplé chez les jeunes Américains en seulement un an. Sa consommation a largement dépassé les produits dits conventionnels. L’AFSSAPS a recommandé en 2011 de ne pas utiliser l’e-cigarette en raison de sa toxicité, le risque de dépendance est présent. La cigarette électronique est sujet à controverse, fumer reste nocif pour la santé et quelque soit le produit utilisé.

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

Les pleurs d'un bébé

La tête plate est-elle en lien avec la crainte de la mort subite du nourrisson ?

La semaine nationale de prévention de la mort subite du nourrisson se déroule du 18 …

4 commentaires

  1. Il existe de nombreux sites, à même de vous apporter toute information utile sur le sujet, sur les produits ou les différents liquides, sur la façon de l’utiliser ou sur l’actualité de la cigarette électronique. Vous pouvez les trouver très facilement.
    Il existe également de très bonnes boutiques physiques, toujours préférable à un site internet de vente, au moins pour démarrer, et qui sont capables de vous renseigner et de répondre à vos toutes questions.
    Pour ce qui est de la sensation de vapoter plus que vous ne fumiez (on ne parle surtout pas de « fumer », avec une cigarette électronique!), elle est réelle. Il faut savoir, et ce sont différents spécialistes du sujet (scientifique, médecins…) qui le disent, que la nicotine d’une cigarette électronique n’arrive au cerveau que de façon beaucoup plus lente qu’avec une vraie cigarette, et qu’en conséquence, il faudra vapoter entre 1h00 à 1h30 pour obtenir la même dose de nicotine, et donc obtenir la « satisfaction » recherchée. La nicotine, aux doses assimilées par un fumeur ou un vapoteur ne comportant aucun danger, il n’y a donc absolument aucun problème à cela.

    Mais la cigarette électronique est bien moins dangereuse que le vrai tabac, là est tout son intérêt. De nombreux spécialistes le disent, beaucoup de médecins génaralistes et peut-être votre médecin traitant, et même la ministre de la santé… mais pour elle et pour le gouvernement malheureuse, il existe d’autres raisons économiques de ne pas promouvoir pleinement comme moyen de sortie du tabac. !

  2. Personnellement j’ai été amené à fumer la cigarette électronique pour arrêter la consommation de tabac. Sauf que cela n’a fait que baisser le nombre de cigarettes que je fume quotidiennement. En contre partie, je fume beaucoup la e-cigarette. Je constate donc qu’au final…je fume plus qu’avant. Après très difficile de savoir si c’est davantage mauvais pour ma santé étant donné que je fume moins de cigarette tout de même. J’achète tout sur le site http://grossiste-baraclope.com/ mais il est vrai qu’il n’y a aucune information sur les produits que je fume..

  3. Les chiffres nous montrent que la passerelle entre la cigarette électronique et la cigarette traditionnelle n’existe pas. Deux enquêtes, l’une de l’association Paris Sans Tabac et l’autre de l’université Cardiff, met en évidence que les jeunes se contentent d’un vapotage occasionnel et non quotidien et que le tabagisme dans cette population recule quand la cigarette électronique s’étend. Donc aucune passerelle entre la cigarette électronique et la cigarette à combustion, par le truchement de la nicotine…

  4. Curieux ! Alors des études françaises (Paris sans Tabac 2015) ou britanniques nous disent que la e-cig n’est pas une « porte d’entrée » pour les ados, une nouvelle étude américaine (patrie de Big Tobacco, il ne faut pas le négliger) vient nous affirmer le contraire et une nouvelle fois charger la cigarette électronique !

    Les réactions à cette étude du Dr Farsalinos & de M. Siegel, 2 spécialistes du sujet : http://bit.ly/1LklL7o   http://bit.ly/1J3hIGP

Réagissez !