LOADING

Type to search

Embryons congelés aux Etats-Unis : la justice ne lui donne pas l’autorisation de les récupérer

jen 2 années ago
Share

Elle voulait récupérer ses embryons congelés, mais la justice aux États-Unis ne lui en donne pas l’autorisation. Cette quadragénaire victime d’un cancer du sein avait eu recours à cette pratique, mais depuis sa séparation, un problème de taille se pose.

Lorsque les personnes sont atteintes par une maladie, elles ont la capacité d’avoir recours à des embryons congelés. Cela leur permet de donner naissance à un enfant malgré des techniques qui pourraient entacher la fertilité. Cette femme avait donc choisi ce procédé aux États-Unis, mais désormais âgée de 46 ans, elle a essuyé un refus devant la justice américaine. Cette dernière ne lui a pas transmis l’autorisation pour les récupérer.

Aux États-Unis, le tribunal partage une décision difficile

L’affaire est donc problématique pour cette quadragénaire, car elle doit abandonner ses embryons congelés. Pour cette femme, la décision de la justice est sans doute très difficile à avaler, car elle est devenue stérile à cause d’un cancer du sein. Avec cette technique, de nombreuses femmes ont eu la capacité de donner la vie malgré la maladie. C’est donc la seule méthode pour avoir des enfants biologiques, mais cette Américaine doit désormais faire une croix sur ce procédé. En renonçant à ses embryons congelés, elle n’aura plus la capacité d’enfanter et la décision de cette justice peut apparaître comme injuste.

Ses embryons congelés devaient être détruits lors d’un divorce

Toutefois, en se plongeant dans les conditions, le jugement apparaît comme normal. En effet, il y a 5 ans, cette femme et son mari de l’époque avaient signé un contrat pour congeler des embryons. Ces derniers étaient en nombre de 5, mais une mention importante faisait partie du document. Le couple a en effet précisé qu’ils devraient être détruits si toutefois le couple venait à se séparer. Ce cas de figure s’est produit, car l’Américaine est désormais divorcée et comme le stipule le contrat, elle n’a pas l’autorisation d’utiliser ses embryons congelés. Le tribunal supérieur de San Francisco n’a fait qu’appliquer les conditions du contrat.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *