Accueil / Actualités / Épilepsie et imprimante 3D : un bébé sauvé avec un cerveau dupliqué

Épilepsie et imprimante 3D : un bébé sauvé avec un cerveau dupliqué

L’imprimante 3D est intervenue dans le traitement de l’épilepsie de ce bébé de 5 mois. Son cerveau a été dupliqué et il s’agit d’une première.

Photo d'illustration d'un bébé
Photo d’illustration d’un bébé

Un bébé sauvé de l’épilepsie grâce à une imprimante 3D

L’imprimante 3D est désormais un appareil utilisé dans de nombreux domaines, dont celui de la médecine. Certains experts n’hésitent pas à la mettre en marche pour sauver des vies ou améliorer le quotidien. Elle a été très efficace pour un bébé âgé de 5 mois qui était au centre des angoisses de sa mère. Cette dernière constatait que son enfant était victime d’un certain retard moteur et il avait des crises d’épilepsie. La médecine traditionnelle est impuissante et les traitements ne lui permettent pas d’améliorer sa santé. Les médecins de Boston décident d’utiliser une méthode très complexe à savoir l’hémisphérectomie.

Une imprimante 3D au cœur de la réplique d’un petit cerveau

Elle permet aux médecins de déconnecter la moitié du cerveau de cet enfant. Toutefois, ne pouvant pas agir directement sur ce petit patient, ils décident d’avoir recours à une imprimante 3D. Cette dernière a été utilisée pour réaliser une duplication du cerveau et ce support a été au cœur de leur entrainement. Selon une information de The Verge, le plastique était mou et il était possible de déterminer avec précision les vaisseaux sanguins grâce à un code couleur. Après avoir réalisé l’hémisphérectomie à maintes reprises, ils sont intervenus sur le bébé et l’opération a nécessité 10 heures de travail. Désormais, l’enfant est sauvé et il a même eu l’opportunité de combler son retard psychomoteur.

Une hémisphérectomie facilitée grâce à l’imprimante 3D

Cette imprimante 3D a donc été au cœur d’une prouesse et elle n’est pas la seule dans le monde de la médecine. En effet, la deuxième implantation d’un cœur artificiel a été réalisée, mais aucune confirmation sérieuse n’a été référencée et la communication est supervisée par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF). Outre le secret médical, le professeur Yves Juillière, président de la santé française de cardiologie a révélé ainsi qu’il avait échappé à la pression « terrible » des médias. La méthode était aussi complexe que celle utilisée avec cette imprimante 3D et le cerveau dupliqué du bébé. L’enjeu de cette implantation d’un cœur artificiel est capital.

Une autre prouesse dans le monde médical

Claude Dany, l’homme de 76 ans opéré était décédé 75 jours avant de susciter la tristesse et la déception du professeur Carpentier. Malgré la pénurie de cœur à greffer, le but est de « mettre au point un système qui puisse reproduire l’activité cardiaque sur la durée » a-t-il précisé dans la Montagne. Comme ce fut le cas avec le cerveau dupliqué du bébé grâce à une imprimante 3D, plusieurs essais doivent être mis en place. Il estime que pour ce nouveau programme comportera une première phase avec 4 patients contre une vingtaine pour la seconde. Il faudra ensuite évaluer « la qualité de vie [et] le confort des patients ». Il devra obtenir le marquage CE de l’Union européenne pour pouvoir commercialiser l’appareil. La biotechnologie est un grand saut en avant pour l’humanité.

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

Courir

Var : un joggeur de 76 ans meurt d’une crise cardiaque en plein effort

Un homme de 76 ans, apparemment en bonne santé, a été hélas terrassé par une …

Réagissez !