LOADING

Type to search

Étudiants : pas de sport, de l’alcool, un bilan santé inquiétant

2 années ago
Share

Les étudiants ne sont pas des amateurs de sport ou d’alimentation saine et équilibrée. A contrario, ils délaissent le sommeil, privilégient les écrans, l’alcool et quelques drogues. Le bilan de santé est franchement à améliorer.

Les étudiants

Les étudiants / Crédit Photo : Pixabay – kaicho20

25 000 étudiants âgés de moins de 25 ans ont eu la capacité de répondre à une étude et les résultats sont inquiétants, voire très alarmants. La jeunesse d’aujourd’hui n’est pas celle d’antan et c’est la santé qui en fait les frais en 2015. Alors que la pratique d’un sport est bénéfique, 50 % des sondés ne s’adonnaient pas une pratique au minimum une fois par semaine. Cela va de pair avec une alimentation qui laisse à désirer puisqu’elle est à base de fast-food, d’alcool et de boissons sucrées. Or, ces derniers sont responsables de nombreux décès et selon une récente étude, elles tueraient près de 184 000 personnes par an.

L’alcool et la drogue à gogo pour les étudiants

Les drogues et l’alcool représentent des problèmes constants chez les étudiants qui ne lèvent pas le pied sur la consommation. Désormais, cette dernière n’est plus festive, car toutes les occasions sont bonnes pour boire. De ce fait, nombreux sont ceux qui révèlent qui boivent régulièrement et 54 % vont même jusqu’à boire plus de six verres lors d’un évènement tout en l’accompagnant de cannabis qui a tendance à se banaliser.

De graves méconnaissances en matière de santé chez les étudiants

Tout cela a des répercussions sur la santé et cela favorise les comportements à risque. Les rapports sexuels sont les plus problématiques, car le préservatif est parfois une option et les jeunes filles ne maîtrisent pas toutes les protections existantes. Cette méconnaissance concerne aussi les maladies comme les IST ou encore le Sida, elles sont mises de côté et cela explique ainsi que la préoccupation n’est plus franchement au rendez-vous. Par conséquent, les tests pour dépister le VIH ne sont pas réguliers, car un étudiant sur 2 n’en a jamais fait un seul au cours de son existence.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *